Les Nadar à la BNF : Montrez-moi cette domination que je saurai voir !

Vue de l’expo Les Nadar à la BNF

            Si l’on passe à la librairie de la BNF-François Mitterrand avant de se rendre à l’expo Les Nadar, quelques mètres de couloir plus loin, on remarque facilement le beau et volumineux livre collectif dirigé par Pascal Blanchard : Sexe, race et colonies qui trône à côté de la caisse. L’excellente librairie de la BNF propose aussi de nombreux ouvrages qui sont à la pointe de la réflexion sur les enjeux sociaux et politiques des représentations, et notamment l’appel Décolonisons les Arts ! lancé par Françoise Verges et Gerty Dambury, entre autres … ou Les miroirs vagabonds ou la décolonisation des savoirs (arts, littérature, philosophie) de Seloua Luste Boulbina. Nous sommes ici au cœur du mouvement que cet article du Monde décrit comme une « lame de fond (qui) n’est pas enfermée dans les milieux académiques. Elle touche également le monde artistique des deux côtés de la Méditerranée et rejoint les préoccupations de certains membres de la société civile française qui dénoncent un racisme structurel et militent pour le respect de l’image, du corps et des paroles afrodescendantes. » Les personnes intéressées par cette démarche de mise en éveil des regards post-coloniaux sur les mécanismes visuels de la domination ont pu aussi visiter les deux belles expos de la rentrée au Quai Branly « Peintures des lointains » et « Le magasin des petits explorateurs », où la représentation de l’autre, souvent « colonisé » ou « colonisable » était très finement questionnée…

Lire la suite

La fascination de Kieślowski pour la photographie ou le lien « ombilical » selon Barthes …

La photographie

La photographie de Krzysztof Kieslowski (1968)

A l’instar du guichet qui joue un rôle important dans son œuvre et a été l’objet exclusif d’un de ses premiers films, la photographie est très présente dans l’ensemble des films de Krzysztof Kieślowski.  Elle a servi de thème central à un de ses tout premiers films documentaires en 1968, intitulé simplement La photographie, mais elle revient souvent et joue des rôles importants dans plusieurs de ses fictions. Ce billet se propose de suivre attentivement la manière dont Kieślowski se sert de l’objet « photographie » comme motif de l’origine et du lien à l’origine de l’image filmique.

Lire la suite