« Paterson », le poète à l’heure du Do It Yourself

Paterson de Jim Jarmusch

Golshifteh Farahani et Adam Driver dans Paterson de Jim Jarmusch

Il ne faut peut-être pas s’y tromper. Le film de Jim Jarmusch n’est pas qu’une fable modeste, un hymne à la simplicité du quotidien et à sa transfiguration par la poésie. Il ne s’agit pas seulement de montrer la douce répétition du banal et le pouvoir d’enchantement de l’écriture (poétique) des choses. Ce serait nier la réflexion tendrement grinçante qu’il propose. Ce serait aussi oublier qu’il est parsemé de signes récurrents et développe une pensée sur la condition de l’artiste dans le monde d’aujourd’hui. Lire la suite