L’image-fente : de l’expérience esthétique à l’émancipation éthique chez Kieslowski

D9-Image-fente regard caméra 54

Le Décalogue 9 (40:08)

Résumé : Comment voir ? Comment donner à voir ? Telles sont les deux questions posées par le second commandement de la loi mosaïque, celui qui n’est pas officiellement mentionné dans Le Décalogue de Kieślowski mais dont l’ensemble du polyptyque semble travailler la substance. En partant de l’exemple énigmatique d’un tableau qui ne cesse de glisser sur le côté, dans Le Décalogue 8, où il est justement question d’éthique, cette présentation illustrée cherchera à montrer comment la forme visuelle de la fente ; persiennes, embrasures de porte, guichet troués, objets interposés… venant contrer la puissance organisatrice du cadre, permet de porter sur un plan esthétique l’enjeu éthique du Décalogue : l’expérience initiatique d’un regard libéré de ses attachements et de ses illusions. 

Lire la suite

La fascination de Kieślowski pour la photographie ou le lien « ombilical » selon Barthes …

La photographie

La photographie de Krzysztof Kieslowski (1968)

A l’instar du guichet qui joue un rôle important dans son œuvre et a été l’objet exclusif d’un de ses premiers films, la photographie est très présente dans l’ensemble des films de Krzysztof Kieślowski.  Elle a servi de thème central à un de ses tout premiers films documentaires en 1968, intitulé simplement La photographie, mais elle revient souvent et joue des rôles importants dans plusieurs de ses fictions. Ce billet se propose de suivre attentivement la manière dont Kieślowski se sert de l’objet « photographie » comme motif de l’origine et du lien à l’origine de l’image filmique.

Lire la suite

La représentation de l’accouchement (du réel ?) dans le cinéma à visée documentaire

"Premier amour" (1974) de Krzysztof kieslowski, Jadzia en plein accouchement.

« Premier amour » (1974) de Krzysztof Kieslowski, Jadzia en plein accouchement.

On sait que Krzysztof Kieślowski a trouvé le terme de sa quête du réel dans les images à visée documentaire, au cours du tournage de sa fiction documentaire Premier Amour (1974) après avoir effectué un zoom avant sur une larme qui coulait sur la joue de Romek au moment où il annonçait à sa mère, au téléphone, qu’il venait d’avoir une fille. Cette chose des larmes, réelle aura été pour lui une éclaboussure amère et un retour déplaisant à sa propre activité de sujet regardant, et de filmeur intrusif. Ce fut pour lui le point de départ d’une prise de conscience éthique et d’un abandon progressif du cinéma à visée documentaire. Pour poursuivre son exploration des profondeurs humaines, il fera ensuite appel à des comédiens, substituera la glycérine aux vraies larmes, la représentation fictionnelle de l’émotion à la vraie émotion filmée. Moment décisif donc que cet accouchement filmé en direct avec ses conséquences affectives chez les sujets qui l’ont réellement vécu, qu’ils soient filmés ou filmeurs. Lire la suite