La citation filmique comme commentaire dans « Résistance Naturelle » de Jonathan Nossiter

La chute d'Isard, attribué à Peter Brueghel l'ancien, 1583

« La chute d’Icare », attribué à Peter Brueghel l’ancien, 1583

(Cliquer sur les images pour les agrandir)

Le film devient parfois la matière dont sont faits ses propres rêves ; s’écartant d’un degré du réel représenté, il nous rapproche d’un degré de notre propre réel, sans jamais que ni l’un ni l’autre ne soit atteint. La citation d’un film dans un film nous amène à un double jeu très fécond, nous rappeler que le film est un médium, un support qui peut être greffé, nous faisant sortir de sa fable pour l’aborder comme représentation, mais aussi nous amener subtilement à rêver une image depuis le film lui-même, à voir le film cité comme une pensée du film simplement vu, et non plus comme une ouverture sur un réel. Bien que, par définition, la texture de la greffe et celle du film-maître ne sont pas différentes, nous prenons la première pour un souvenir, une illustration, un jeu ou une pensée.  Lire la suite

La scansion d’une parole filmique dans le cinéma de Nurith Aviv

Dans son émission dominicale sur France Culture[1], Marc-Alain Ouaknin, qui recevait Nurith Aviv au sujet de son dernier film, Annonces, disait que les images y “faisaient l’amour avec la voix”. Cette métaphore est très intéressante car elle ne précise pas laquelle de ces deux modalités de l’énonciation, visuelle ou verbale, serait fécondée par l’autre. Laquelle serait d’essence masculine, laquelle d’essence féminine. Lire la suite

vera icona / La parole des images

Ce carnet de recherches visuelles portera sur la large question de la représentation iconique du réel à partir d’une approche visant à associer et à confronter, dans une démarche transversale, la dimension « objective » des images mais aussi leur part « subjective », à partir des apports de l’esthétique, de l’Histoire de l’Art, de la psychanalyse, de la sémio-pragmatique et de l’anthropologie visuelle. Inscrit dans l’approche contemporaine connue sous le nom de « Culture visuelle ». Il sera le terrain vague (ou précis) d’une recherche empirique sur les différents régimes d’authenticité des images, principalement celles issues des procédés photographiques, du cinéma à la vidéo, mais toutes les images susceptibles d’être considérées comme « vraies » seront considérées, de la peinture  aux jeux vidéo, des reconstitutions faciales à l’imagerie cérébrale qui attend encore son interprétation.

Inconscient, oralité, Tuchè, Mimétisme, indicialité, référentialité, figural, illustration, signification, dispositif, médium, énonciation visuelle en seront les outils théoriques principaux, tandis que le cinéma et le cinéma de non fiction en particulier (documentaires, journaux filmés, essais …) en sera le terrain principal mais non exclusif.

La question du cadre, de l’ouverture de la finestra d’Alberti et de l’image-fente, (développée dans ma thèse) y auront une place privilégiée, dans la mesure où l’objet scientifique de ce carnet est une exploration des conditions et des modalités, subjectives et objectives, de la relation au réel dans ou à travers l’image photographique animée, argentique et numérique.

Trace et lieu d’expérimentation de ma recherche, ce carnet de recherche fait suite à des expérimentations multiples, notamment sur la plate-forme Culture Visuelle (Parergon et Lucid dreams) dont il sera le prolongement et le recentrement sur la question de la représentation (iconique) du réel.