« Poétique du cerveau » de Nurith Aviv ou la figure de la perte féconde …

représentation du cerveau de Nurith Aviv

représentation du cerveau de Nurith Aviv

Poétique du cerveau s’ouvre par un entremêlement de perte et de mise au monde ; une fille – la mère de la cinéaste – cherche sa mère, disparue en Europe, au moment où elle met au monde son enfant, Nurith. Il s’achève avec une fille (cette enfant – Nurith Aviv elle-même) qui perd sa mère en mettant au monde un film … La perte est scandaleusement liée à la mise au jour, comme la naissance à la mort… et c’est aussi la loi du cerveau. Lire la suite

La scansion d’une parole filmique dans le cinéma de Nurith Aviv

Dans son émission dominicale sur France Culture[1], Marc-Alain Ouaknin, qui recevait Nurith Aviv au sujet de son dernier film, Annonces, disait que les images y “faisaient l’amour avec la voix”. Cette métaphore est très intéressante car elle ne précise pas laquelle de ces deux modalités de l’énonciation, visuelle ou verbale, serait fécondée par l’autre. Laquelle serait d’essence masculine, laquelle d’essence féminine. Lire la suite