Le film a-t-il un inconscient ?

fente11

« Bonnie and Clyde » Arthur Penn, 1967, premier plan

Est-ce que le savoir et l’expérience de la psychanalyse peuvent encore être utiles à la compréhension du cinéma, son jumeau historique ?

Depuis les années 1970 et 1980 et les articles célèbres du numéro 23 de la revue Communications (1975) « Psychanalyse et cinéma », depuis Le signifiant imaginaire de Christian Metz (1977 et 1984), depuis les analyses lacaniennes de Slavoj Zizek sur le cinéma d’Hitchcock ou Hollywoodien, de nombreuses études se revendiquant d’une approche psychanalytique du cinéma ont vu le jour … et la nuit… Que reste-t-il de cette ou plutôt de ces approches théoriques ou concrètes du cinéma et des films ? En quoi la psychanalyse peut-elle fournir un angle (encore) fécond aux regards contemporains sur les images filmiques dans l’idée de saisir leurs enjeux inconscients, voire leur raison d’être ? Lire la suite