Cadrer c’est nommer ! Le cadre comme lettre (l’être) de l’image chez Nurith Aviv

Le film Traduire (2011), réalisé par Nurith Aviv, pose (lui aussi) l’équivalence entre le cadre de l’image, représenté dans le film par les fenêtres et la lettre carrée de l’hébreu. Intégré à une trilogie sur la question de la langue à partir d’une réflexion sur différentes dimensions de la langue hébraïque[1], Traduire se présente comme une sorte de décalogue puisqu’il se compose de dix prises de parole de dix traducteurs de textes en hébreu, ancien ou moderne, vers leur langue maternelle et qu’il répond à un dispositif assez régulier et récurrent, malgré quelques écarts féconds[2]. Lire la suite