Nommer le film ! ma lecture de « Shoah, une double référence ? » de Rémy Besson

Shoah de Claude Lanzmann

« Qui témoigne pour le témoin ? » se demande Paul Celan dans l’épigraphe que Yannick Haenel a placé en ouverture de son livre, Jan Karski, largement fondé sur la place du personnage éponyme dans le film Shoah de Claude Lanzmann. En s’appuyant essentiellement sur la figure du témoin et en prenant petit à petit sa place en tant que narrateur de fiction, l’écrivain témoignait indirectement de la manière dont le film de Lanzmann avait été reçu, vu et compris, comme une source directe et transparente de connaissances, comme un monument sacré, historique et mémoriel, somme-recueil de la parole des témoins. La construction cinématographique du témoignage elle-même restée inaperçue, malgré l’ekphrasis de la première partie du récit littéraire, c’était la parole du témoin, sacralisée par l’enregistrement du cinéaste, qui en devenait l’élément central. Lire la suite