Des fenêtres et des mots : l’art du partage de regards sur Facebook…

Rémy Besson, partagée le 24 décembre 2016

Je vois souvent passer des photographies de fenêtres sur mon fil d’actualités Facebook. Certaines ont été prises et aussitôt partagées par leurs auteurs. Parfois (rarement), accompagnées d’un mot, d’une pensée ou d’une émotion, elles semblent toujours parler d’elles-mêmes, proposer plus qu’une image du lieu. Lire la suite

Les six fonctions de la fenêtre (finestra) d’Alberti

Thierry Girard (1985)

En appui à une publication de photographies de fenêtres partagées sur Facebook, voici un article théorique (tiré de ma thèse et de mon cours sur la caméra subjective et le regard à la caméra) sur les fonctions sémio-pragmatiques de la finestra telle qu’Alberti l’a conçue dans son essai De la peinture paru en 1435, théorisant une nouvelle modalité de la représentation mimétique : la perspective dont la finestra est l’outil essentiel …  Lire la suite

« Selfie » : une histoire de mot plus que d’image

autoportrait ou selfie pris dans l'ascenseur du Reichstag, février 2013

autoportrait ou selfie ? cela dépend de l’usage ! pris dans l’ascenseur du Reichstag, Berlin, février 2013

A la suite d’un précédent billet dans lequel je présentais le film de Jafar Panahi comme une forme de contestation artistique s’appuyant sur le paradigme du selfie, deux remarques intéressantes m’ont été faites sur le sens de ce terme.

Tout d’abord une lectrice de Médiapart (où le billet a été republié), au nom très aristocratique de Rillettes de canard, me demande : « Quelle est la différence entre un selfie et un autoportrait ? Le deuxième est ringard car il est présent dans le dictionnaire depuis plus de cinq ans ? ». Ensuite, de manière plus indirecte, André Gunthert, spécialiste de la question, m’interpelle sur Facebook en proposant la réflexion suivante après avoir exposé une série de « selfies » expérimentaux, très diffèrents les uns des autres : Lire la suite

Jafar Panahi : quand l’émancipation prend la forme du selfie

Taxi Téhéran

Taxi Téhéran

Taxi Téhéran de Jafar Panahi est indéniablement un film contestataire. Il a été réalisé malgré une interdiction par un cinéaste empêché – auquel il est interdit de travailler en Iran et qui ne peut non plus en sortir ni s’adresser directement à la presse. Mais ce qui est le plus contestataire dans ce long-métrage, ce n’est pas son propos, ou très peu et très indirectement, c’est son existence même, c’est le geste de filmer et surtout de diffuser les images montées, au-delà des frontières. Jafar Panahi se révolte contre une interdiction en apparaissant, espiègle, à l’écran et en « piégeant » plus ou moins réellement des spectateurs – les clients de son taxi-film – qui deviennent vite ses personnages et ses interlocuteurs, au rang desquels viennent se placer, dans un second temps, les passagers des salles de cinéma à travers le monde. Lire la suite

La fascination de Kieślowski pour la photographie ou le lien « ombilical » selon Barthes …

La photographie

La photographie de Krzysztof Kieslowski (1968)

A l’instar du guichet qui joue un rôle important dans son œuvre et a été l’objet exclusif d’un de ses premiers films, la photographie est très présente dans l’ensemble des films de Krzysztof Kieślowski.  Elle a servi de thème central à un de ses tout premiers films documentaires en 1968, intitulé simplement La photographie, mais elle revient souvent et joue des rôles importants dans plusieurs de ses fictions. Ce billet se propose de suivre attentivement la manière dont Kieślowski se sert de l’objet « photographie » comme motif de l’origine et du lien à l’origine de l’image filmique.

Lire la suite

Le film a-t-il un inconscient ?

fente11

« Bonnie and Clyde » Arthur Penn, 1967, premier plan

Est-ce que le savoir et l’expérience de la psychanalyse peuvent encore être utiles à la compréhension du cinéma, son jumeau historique ?

Depuis les années 1970 et 1980 et les articles célèbres du numéro 23 de la revue Communications (1975) « Psychanalyse et cinéma », depuis Le signifiant imaginaire de Christian Metz (1977 et 1984), depuis les analyses lacaniennes de Slavoj Zizek sur le cinéma d’Hitchcock ou Hollywoodien, de nombreuses études se revendiquant d’une approche psychanalytique du cinéma ont vu le jour … et la nuit… Que reste-t-il de cette ou plutôt de ces approches théoriques ou concrètes du cinéma et des films ? En quoi la psychanalyse peut-elle fournir un angle (encore) fécond aux regards contemporains sur les images filmiques dans l’idée de saisir leurs enjeux inconscients, voire leur raison d’être ? Lire la suite