Des fenêtres et des mots : l’art du partage de regards sur Facebook…

Rémy Besson, partagée le 24 décembre 2016

Je vois souvent passer des photographies de fenêtres sur mon fil d’actualités Facebook. Certaines ont été prises et aussitôt partagées par leurs auteurs. Parfois (rarement), accompagnées d’un mot, d’une pensée ou d’une émotion, elles semblent toujours parler d’elles-mêmes, proposer plus qu’une image du lieu. D’ailleurs, elles ne montrent pas seulement un lieu mais un lieu qui s’ouvre sur un autre lieu, disposant deux espaces selon des dialectiques particulières ; intérieur / extérieur, ici / là-bas, intime / extime, vu / caché, dehors / dedans, profondeur / surface, champ / bord …  Elles y sont plus ou moins mises en évidence par l’auteur ou l’éditeur de l’image, volontairement ou non. Comme l’a bien montré Victor I. Stoichita dans L’instauration du tableau, ces photographies sont des images qui montrent des images et, en prime, le regard qui se porte sur elles. Il est d’ailleurs possible que ces fenêtres réflexives viennent justement remettre du regard – indispensable à la relation intersubjective – dans l’échange aveugle des réseaux sociaux. Le bord garde aussi la trace de l’acte de cadrage, qui est essentiel ici. Représenter une fenêtre, c’est montrer que c’est fait pour être vu, c’est aussi montrer qu’on voit, et souvent qu’on aime voir1 Mais dans le cas des photographies de fenêtres partagées sur Facebook, le geste même du partage, qui est un geste d’exposition destinée, révèle une intentionnalité qui constitue aussi l’image, c’est un don de fenêtre et pas seulement une fenêtre. Ce qui advient ainsi sur nos fils Facebook est objectivement destiné, épinglé, choisi, donné, exposé ; ces images sont donc des adresses, elles sont aussi, non pas des actes (fusion sémantique étrange entre le geste et son objet) mais l’objet d’un acte, et donc à ce titre, sa trace, sa mémoire…   Mais elles en sont aussi le terrain ou plutôt l’habitat ouvert. Partager des photographies de fenêtres sur Facebook, c’est montrer qu’on habite son lieu, qu’on occupe un espace, qu’on est à l’intérieur de son regard … et qu’il y a de la place ! La fenêtre affirme alors la conscience que le sujet a de son propre regard et constitue une belle déclaration de sa subjectivité.

Le partage de photographies de fenêtres sur Facebook est un phénomène assez répandu pour témoigner de quelque chose d’important : l’hybridation des mots et des images dans la communication via un support numérique ou encore l’acte d’énonciation visuelle – où l’oeil équipé d’un appareil agit comme une bouche parlante … C’est aussi comme un geste d’affection, une formule hypocoristique, qu’il faut peut-être considérer ce partage. En partageant une fenêtre, on partage son regard et quelque chose d’autre, une émotion esthétique, une pensée, une confidence, un trait d’esprit, un clin d’œil… autant d’éléments potentiellement chargés d’affects.

Qu’est-ce qui pousse à partager des fenêtres (ses fenêtres) sur Facebook ? Peut-être est-ce lié au fait qu’elles peuvent y rester un certain temps, ouvrir son mur numérique sur le monde extérieur, offrir l’idée d’une room with a view à ces petites chambres à soi propices à l’expression subjective que constituent les champs rectangulaires des statuts, où s’inscrivent (presque) indifféremment les mots et les images ? Peut-être est-ce lié aussi au fait qu’elles peuvent y recueillir des symboles d’affects mimant des parties expressives du corps humain ; main, coeur, visage ému, grands absents physiques que cet espace numérique bêtement dit virtuel dérobe à notre vue ?

unknown

Il me semble qu’on en trouve beaucoup moins sur Twitter, plus orienté vers la parole vive, les gifs et les videos, alors qu’en revanche, sur Instagram, où s’étalent des galeries d’images qui se présentent d’emblée comme des façades d’immeubles aux nombreuses fenêtres, on en compte environ 90 000 sous les deux hashtags #fenêtre (36 738) et #fenetre (52916) et même 6 951 979 sous le mot #window…

Mais c’est sur Facebook que cette pratique m’a semblé la plus intéressante à observer. Je les ai d’abord collectées spontanément, sans projet, par simple envie de garder des fenêtres, sujet de ma recherche initiale sur les images, puis je me suis rendu compte qu’un sujet d’exposition ou d’article était en train de naître (« La fenêtre fait naître » d’après Nurith Aviv) sous mes yeux, dans la répétition différenciée des occurrences et surtout dans les nombreuses pensées venant des complexions particulières de chaque fenêtre partagée. c’était de la théorie de l’Art que partageait mes amis Facebook, sans en avoir l’air… Alors, lorsqu’elles m’ont inspiré une émotion, une pensée, une question, je les ai attrapées au fil du temps et j’ai noté le nom de l’éditeur et la date de la publication, les collectionnant en vue d’en faire quelque chose, plus tard.

Finalement, je les ai ressorties en décembre 2016, et les ai regardées/écoutées attentivement, les faisant raisonner avec différents textes théoriques ou littéraires et leur donnant parfois la réplique.

La question que je me suis posée avant de publier ce corpus concernait la façon de présenter ces fenêtres. Trois possibilités s’offraient alors. Les classer en fonction de leur contexte d’apparition, dans une perspective sociologique, mais, en dehors de quelques cas explicites et du fait qu’elles sont beaucoup plus nombreuses au printemps et en été qu’aux autres saisons, je n’avais ni les moyens ni l’envie de mener cette enquête factuelle, qui, à mon avis, aurait raté sa cible. La poésie des fenêtres aurait été ramenée celle d’un autre motif social, les vidant de leur contenu. Par ailleurs, partager une fenêtre est visiblement un geste de praticien des images et de l’énonciation du visible. Ce sont essentiellement des personnes en relation avec l’idée de représentation du monde et qui se posent des questions à ce sujet qui partagent des fenêtres… cinéastes, peintres, dessinateurs, photographes ou critiques et chercheurs dans le domaine. Sauf peut-être quand la fenêtre est là par hasard, comme décor d’un autre sujet, mais cela n’empêche pas la réflexion, au contraire, on a alors des fenêtres inconscientes. C’est un phénomène discursif, essentiellement tourné vers l’art de montrer. Alors il restait, dans le même ordre d’idées, celui d’une analyse de corpus, l’option d’un discours, non plus sociologique mais esthétique, la possibilité d’une typologie fondée sur des récurrences formelles identifiables ; fenêtres avec chats, fenêtres d’hôtels, fenêtres fermées, ouvertes, cassées, fenêtres avec reflets, embuées. Ou encore, reprenant ma propre typologie des fonctions de la finestra d’Alberti les fenêtres réflexives, phatiques, corporelles, subjectives, éthiques … Cette approche typologique, satisfaisant à la manie universitaire des inventaires et des classements, me paraissait avoir l’inconvénient de ramener chaque fenêtre partagée à un aspect dominant et placer l’ensemble dans un rapport illustratif avec le type faisant fonction de norme invisible. Cette approche anesthésiante pour les images avait l’intérêt de mettre en valeur ce travail mais le désavantage d’assigner les images à résidence dans un discours englobant. La visite de l’exposition Soulèvements au Jeu de Paume, m’a convaincu que les typologies d’images ne conviennent pas au désir d’exposition et correspondent davantage à la l’idée de livre, d’essai, de glose… Or, pour cette matière si riche et si mystérieuse dans ses intentions premières, je pensais à une exposition, qui reste à faire IRL, plutôt qu’à un discours analytique. l’analyse ici, se fait par éclats à relier.

L’autre possibilité était d’essayer de monter les fenêtres ensemble, sans discours, en essayant de suivre différentes pistes associatives et leurs échos. Ce travail de montage aurait été intéressant mais peut-être trop orienté par la subjectivité de son auteur, alors que l’enjeu essentiel de ces partages de fenêtres me semble être la belle et libre affirmation de la subjectivité de celui qui décide de partager une image de fenêtre (et là je pourrais dire « de partager une fenêtre », puisque l’image est aussi une fenêtre).

C’est donc une troisième solution que j’ai finalement retenue. Après une première sélection en amont, je laisse les images dans l’ordre chronologique, indiquant seulement le nom de leur auteur et la date de leur partage sur Facebook, dans une couleur dictée par l’image, afin de neutraliser tout lien avec un extérieur surplombant, préférant les laisser venir comme elles viennent sur ma Time Line, au fil des jours, et consacre mon travail à les écouter, une à une, puisque ce sont des bouches … Je place donc une citation qui m’est venue par association (et que j’ai parfois cherchée pendant des heures) et un ajout personnel totalement indépendant ou pas.

Dernière chose : une des composantes de cette expérience a été de contacter les personnes qui avaient partagé ces photos sous le régime de confidentialité « réservé aux amis », afin de leur demander l’autorisation expresse de les utiliser dans ce billet-expo, considérant que les autres n’y verraient pas d’inconvénient puisqu’ils avaient largement diffusé ces images, les offrants aux courants du web. Toutes les personnes concernées ont accepté, me demandant parfois de restreindre mon choix, mais toujours avec sympathie et curiosité, qu’elles en soient toutes chaleureusement remerciées, que celles que je n’ai pas contactées personnellement  le soient aussi par avance. Si une objection se présente quant à la publication d’une image, il suffit de me le dire et je la retirerai aussitôt.

Euquimonod Utaghey, partagée le 31 mars 2015

1) Euquinimod Utaghey, partagée le 31 mars 2015 : « La perspective, une injection du sujet dans l’espace » Gérard Wajcman, Fenêtre, p. 158. Première photographie de fenêtre de la série, parfaitement décadrée, son auteur est photographe. Cette image est une pensée … son cadrage me rappelle celui d’une des quatre photos du Zonderkommando d’Auschwitz, exposées par Georges Didi-Huberman ; peur, dissimulation, oui, mais c’est la vie et la distance mêlées qui surgissent. La marge noire fait exister une paroi de verre, celle de la vitrine du café. En tout cas on n’entend pas le bruit de la rue, on est au calme et la jeune femme, absorbée dans son sms ou son livre, nous confirme notre présence furtive …

François Bon, Partagée le 14 avril 2015

2) François Bon, Partagée le 14 avril 2015 : « On conçoit nettement, dans cette façon de répartir deux espaces, en deçà et au-delà de la fenêtre, qu’il y a un espace du spectateur disons dedans, et un espace de vue, dehors, derrière la vitre, c’est-à-dire le plan supposé transparent du tableau. Ces deux espaces sont tout à la fois séparés, répartis et reliés par le cadre. Voilà ce qu’il faut conclure. » Gérard Wajcman, Fenêtre, p. 321. Photographie prise et partagée par un écrivain très voyageur. Amateur de fenêtres. J’ai tendance à penser que la fenêtre est une maison  pour l’oeil errant, qui se retrouve ainsi, à l’abri dans son regard.

Zen Kane, photographie partagée le 25 avril 2015

3) Zen Kane,  partagée le 25 avril 2015 : « Ce cadre noir  rend le regard plus profond et plus singulier, donne à l’oeil une apparence plus décidée de fenêtre ouverte sur l’infini. » Charles Baudelaire, « Eloge du maquillage » dans Le peintre de la vie moderne. Zen Kane, lui aussi, est un énonciateur d’images, cinéaste auteur d’un des plus beaux documentaires existants. Je vois le jeu sur la saturation des couleurs comme le fard sur une paupière, l’expression d’un désir d’intensité amoureuse qui vient s’opposer à l’obscurité intérieure qu’impose le contre-jour. Tout pense au désir dans cette image ; le voilement-dévoilement, l’instauration d’un espace intime pris sur le printemps qui invite l’oeil, cette place de village où s’étalent les premières terrasses. Après midi calme dans une petite ville, au réveil de la sieste, à l’hôtel de la lenteur. L’image dit : « il faut sortir, les beaux jours sont revenus ! » : de l’amour projeté dans la couleur.

Isabelle Ingold, partagée le 30 avril 2015

4) Isabelle Ingold, partagée le 30 avril 2015 : « La fenêtre du tableau est à l’image d’un corps debout. Mais ce qu’elle encadre, c’est le regard d’un sujet voyant. » Gérard Wajcman, Fenêtre, p. 157. Photographie prise par une cinéaste, encore une fois, réflexion sur l’acte de voir tout en donnant à voir. La fenêtre est une invitation à sortir, ne fût-ce que de l’oeil, et à entrer sur la scène, en face, sous le regard d’autrui, les loges sont prêtes … L’image est un espace sensoriel, on y entre nu, avec la peau de son regard.

René Magritte, partagée par Rithy Panh le 8 mai 2015

5) René Magritte, partagée par Rithy Panh le 8 mai 2015 : « Van Eyck n’est pourtant pas présent ici (dans le miroir) comme « peintre », mais comme « témoin » ». Victor I. Stoichita, au sujet des époux Arnolfini, in L’instauration du tableau, p. 260. Peintre témoin, de Van Eyck à Rithy Panh en passant par Magritte, le peintre témoigne ici de la présence de son double, comme un fantôme qui manquera toujours à l’image et la hantera pourtant. Manquer ? Hanter ? Etre présent ? Rithy Panh partage de nombreuses fenêtres, venues d’ archives, il n’en produit pas lui-même, en tant que documentariste, il témoigne de son art de faire advenir le passé, l’archive incarnée de la mémoire, dans la fenêtre des ses propres images. Faire apparaître le fantôme dans la fenêtre, c’est la grande force de son travail. L’image manque alors; elle hante ou on la hante …

L'oeil Hagard, partagée le 26 mars 2015

6) L’oeil Hagard, partagée le 26 mars 2015 mais trouvée le 10 mai 2015 : « Pour que la nature soit perçue comme peinture, il faut qu’il y ait coupure. Cette coupure est explicitement occasionnée, dans la lettre citée, par l’encadrement de la fenêtre. » Victor I. Stoichita, L’instauration du tableau, p. 62. La photo de L’oeil Hagard, spécialiste de la photographie, va plus loin. Pour devenir peinture, soit paysage, la nature doit devenir un signe, une forme signifiante posée sur un écran (page ou surface à peindre). Le bord de la fenêtre est donc la limite entre nature et peinture et en même temps l’opérateur de ce changement, il agit comme la lettre, (d’ailleurs inconsciemment citée par Stoichita mais pour autre chose -lettre envoyée par l’Arétin à Titien) ce que rappellent les barreaux du balcon en bas de l’image… où l’on voit le « s » de signe.

Alfred Hitchcock, Mariangela Sansone, partagée le 12 mai 2015

7) Alfred Hitchcock, partagée par Mariangela Sansone le 12 mai 2015 : « Le film est considéré par de nombreux spectateurs, critiques et spécialistes du cinéma comme l’un des meilleurs films d’Hitchcock. (…) Il est 33 ème dans le classement des meilleurs films de tous les temps sur le site de référence IMDb avec une note moyenne de 8,6/10.  » Wikipédia. Est-ce parce qu’il met en abîme le cinéma et en jeu la pulsion scopique, si essentielle à la théorie du cinéma, que ce film est classé parmi les plus grands films et que son auteur a été adoubé par la Nouvelle Vague. A la lumière de Rear window, qui en constitue le manifeste, c’est tout le cinéma d’Hitchcock qui parle de cinéma, qui montre le cinéma.  Pour accéder au statut d’oeuvre d’Art, l’oeuvre en question doit avoir pour fonction de penser son propre dispositif. C’est pourquoi les fenêtres sont si chéries par les cinéphiles, les critiques littéraires, les écrivains, les comédiens et les curateurs … 

Vivian Maier, Rithy Panh, partagée le 12 mai 2015

8) Vivian Maier, partagée par Rithy Panh le 12 mai 2015 : « Autant dire que le tableau perspectif est en somme une surface « embrassée » par la géométrie, et que, embrassant ainsi la source, Narcisse embrasse toute la géométrie. » Gérard Wajcman, Fenêtre, p. 137. Cet autoportrait clandestin de Vivian Maier est très émouvant. La petite fille qui l’accompagne et qui est l’enfant qu’elle doit garder, pose pour la photographe. Elle est fière et respire la légitimité, la nuque raide, le menton haut et une moue savamment composée pour feindre  la lassitude… Elle porte les signes de son milieu mais en toute inconscience, par pur mimétisme physique. Peut-être est-ce qui a touché Rithy Panh. Elle regarde la photographe qui la regarde en retour, comme si elle la photographiait vraiment. Officiellement, ce n’est pas un autoportrait, mais un portrait. Mais, comme dans une pièce du XVIII ème siècle, c’est la « servante » qui prend le dessus et qui, aujourd’hui, donne toute sa valeur et toute sa saveur à l’image. Art ancillaire, « Ménine » New-Yorkaise…

mmozdoba, partagée le 23 mai 2015

9) mmozdoba, partagée le 23 mai 2015 : « Pouvoir séparateur des mots. Pouvoir séparateur de la fenêtre, elle engendre elle aussi le distinct, en cela elle est un instrument de connaissance du monde. » Gérard Wajcman, Fenêtre, p. 240. La fenêtre est liée à la lecture. Poser une fenêtre, c’est proposer de transformer un visible en lisible, une vue en paysage. Il est naturel que les chercheurs, a fortiori ceux qui cherchent dans les images, photographient des fenêtres…

Olivier Beuvelet, partagée le 23 mai 2015

10) Olivier Beuvelet, partagée le 23 mai 2015 : « D’abord, j’inscris sur la surface à peindre, un quadrilatère à angles droits qui sera pour moi comme une fenêtre ouverte… » Léon Battista Alberti, De la peinture. Composition fortuite d’ombres et de tuyau, la fenêtre peut aussi créer des espaces et des vues improbables… Toujours, elle ouvre un champ et concentre l’énergie du regard, elle dit regarde et jette l’oeil dans un travail conscient de soi, quitte à se prendre un mur.

Zen Kane, partagée le 23 mai 2015

11) Zen Kane, partagée le 23 mai 2015 : « L’Homme voit le monde à sa fenêtre, c’est-à-dire que l’homme ne voit le monde que de sa fenêtre, c’est-à-dire qu’il ne voit pas tout le monde. » Gérard Wajcman, Fenêtre, p. 377. La fenêtre est le quatrième mur, avec une balustrade, ici, comme dans les peintures du XVI ème siècle. Le spectateur est en retrait et voit les trois autres murs, l’espace cubique défini par les montants du cadre de la fenêtre devient une scène d’opéra ou plus modestement de théâtre.

Olivier Hadouchi, partagée le 24 mai 2015

12) Olivier Hadouchi, partagée le 24 mai 2015 : « La fenêtre est le cadre, à la fois proche et distant, où le désir attend l’épiphanie de son objet » Jean Starobinski, « Fenêtres (de Rousseau à Baudelaire ». Un 24 mai, l’objet du désir est caché dans ce que le printemps promets à ceux qui aiment et qui ouvrent leurs fenêtres.

Marc Lénot, partagé le 25 mai 2015

13) Marc Lénot, partagée le 25 mai 2015 : « Celui qui regarde du dehors à travers une fenêtre ouverte, ne voit jamais autant de choses que celui qui regarde une fenêtre fermée. » Charles Baudelaire, « Les fenêtres ». On ne sait pas trop si la jeune fille à la fenêtre (motif classique) ici déclinée sur un mur de Lisbonne, probablement, regarde à l’intérieur -elle est bien face au mur- ou à l’extérieur -elle est face à une fenêtre- Ce qu’elle regarde me semble-t-il, c’est le quartier en train de se gentrifier et cette aube rougeoyante.

Séverine Flou, partagée le 25 mai 2015

14) Séverine Flou, partagée le 25 mai 2015 : « Les objets de la nature morte paraissent de ce fait comme placés dans un cadre dilaté, stéréométrisé : ils se trouvent entre deux surfaces, elles aussi rectangulaires, à savoir le fond sombre de la niche et la surface invisible du tableau, qu’ils percent parfois dans un effet évident de trompe-l’oeil. » Victor I. Stoichita, L’instauration du tableau, p. 55. L’exposition de la marchandise dans les vitrines est une émanation du tableau. C’est le déplacement de la nature morte, du domaine de la consommation purement visuelle, donc virtuelle, proposée par la peinture, à la consommation possible de l’objet représenté en tant que lui-même. Une nature morte à saisir.

François Bon, partagée le 27 mai 2015

15) François Bon, partagée le 27 mai 2015 : « Je me propose de suivre ici la manière dont la peinture de l’époque aborda l’analyse des bords ou des marges de la représentation, la manière dont le problème du cadrage fut abordé comme problème théorique, rarement mis en discours, mais souvent (j’aurai presque la tentation de dire toujours) mis en oeuvre. » Victor I. Stoichita, L’instauration du tableau, p. 53. Rideau opaque, rideau transparent, vue à travers la vitre, vue à travers la fenêtre ouverte, mise en abîme, contestation de la profondeur par le mur en face… C’est une image-fente qui attire progressivement l’oeil dans son ouverture informe, son « trou » qui touche sa cible… ici la fenêtre. L’image-fente, c’est la promesse du contact dans l’image, mais d’un contact sans toucher… le regard est habité par une main, celle d’un nourrisson lointain, que stimule le bord.

Jean-Luc Beuvelet, partagée le 2 juin 2015 :

16) John Ford, partagée par Jean-luc Beuvelet le 2 juin 2015 : « (Je laisse ici méditer sur cette anecdote rapportée par Borges dans L’Histoire de l’éternité : dans l’argot de la pègre new-yorkaise au début du siècle, picture frame était une métaphore pour la potence.) » Jacques Aumont, L’oeil interminable, p. 125. Le spectateur est ici placé dans l’espace de la représentation et regarde la source du regard, façon ingénieuse de l’intégrer à la diégèse en le mettant dehors. Le film est-il un passage vers le dehors ?

Jean-Noël Lafargue, partagée le 2 juin 2015 :

17) Jean-Noël Lafargue, partagée le 2 juin 2015 : « Quant à l’autoportrait, il se propose presque toujours, à l’époque qui nous intéresse, comme une image qui, d’une certaine manière, dévoile son origine. Poussin, Murillo, Carracci, et avant eux Parmigianino, nous ont laissé des autoportraits qui parlent, chacun à sa manière, de leur genèse. » Victor I. Stoichita, L’instauration du tableau, p. 325. Le soir, il y a toujours un coin de fenêtre pour nous (faire) réfléchir…

Philippe Cuq, partagée le 2 juin 2015

18) Philippe Cuq, partagée le 2 juin 2015 : « Tout tableau est une adresse faite au sujet : jouis ! » Gérard Wajcman, Fenêtre, p. 231. L’équivalence qu’établit ici Philippe Cuq, entre le verre et le smartphone est très explicite. Si le sujet imageant peut jouir en faisant l’image, c’est aussi parce que l’appareil lui permet, à l’instar du verre, qui le compose de toute façon (lentille, plaques anciennes, écran tactile…) de boire le monde, de consommer intensément une portion du visible, de l’aspirer en soi.

François Bon, partagée le 4 juin 2015 :

19) François Bon, partagée le 4 juin 2015 : « Dans toute la peinture classique, le cadre-limite et la surface du tableau sont investis d’une valeur proprement rhétorique : le tableau « parle », exhibe son décorum, sa composition symboliquement correcte ; le cadre-limite est l’opérateur de ce discours. C’est en ce sens que l’on peut dire, avec Louis Marin, que le cadre est opérateur de réflexivité, permettant au tableau de s’énoncer lui-même comme tableau et comme discours. » Jacques Aumont, L’oeil interminable, p. 125. Il y a une fenêtre intérieure dans cette image, comme l’émotion sourde, elle tamise, voile, atténue la netteté des contours… le nombre de cadres présents ici nous offre une suite de signifiants vides, propices à l’énonciation du visible, qu’on choisira d’énoncer en bougeant son corps.

Jean-Louis Comolli, partagée le 4 juin 2015 :

20) Jean-Louis Comolli, partagée le 4 juin 2015 : « En avion, obtenir le siège près du hublot ; dans le train, le coin fenêtre. regret que dans les trains d’aujourd’hui, il ne soit plus possible de rabattre les grandes fenêtres du couloir longeant les compartiments, de se pencher malgré l’interdiction en trois langues, quitte à attraper des escarbilles. » Jean-Bertrand Pontalis, Fenêtres, p. 15. Ce que les transports en commun ont changé à l’art de faire apparaître du visible dans un cadre est si important qu’on peut presque considérer que le cinématographe s’est révélé à lui-même lorsqu’Eugène Promio a eu l’idée d’embraquer sa caméra sur une gondole à Venise en 1896. C’est le dévoilement du hors-champ, le décollement des montants du cadre vis-à-vis du fond, du champ, qui a ouvert (offert) la représentation cinématographique à l’immensité du désir de voir.

Maurice Pialat, Mariangela Sansone, partagée le 4 juin 2015 :

21) Maurice Pialat ou Pierre William Glenn ou Jacques Loiseleux, partagée par Mariangela Sansone le 4 juin 2015 : « Les films avancent comme des trains, tu comprends, comme des trains dans la nuit. » Ferrand, interprété par François Truffaut dans La nuit américaine. Je me suis dit : « quand c’est un photogramme de film qui est partagé, ne faudrait-il pas plutôt donner le nom du chef opérateur ? » Qui fait l’image d’un film ? Qui est l’auteur de l’image d’un film ? Qu’est-ce qu’un cinéaste ? C’est un sujet tabou.

François Bon, partagée le 5 juin 2015

22) François Bon, partagée le 5 juin 2015 : « A la naissance du roman d’analyse, et du roman moderne, est une fenêtre ouverte qui conjugue regard sur soi, sur l’autre et sur le monde. » Andrea Del Lungo, La fenêtre, p. 186. Le regard sur soi est-il un store fermé ? Le regard sur l’autre est-il un intérieur éclairé ? Le regard sur le monde est-il une fenêtre ouverte ? 

Paula Prandini, partagée le 5 juin 2015 :

23) Paula Prandini, partagée le 5 juin 2015 : « Par la fenêtre, le visible devient enfin silencieux » Gérard Wajcman, Fenêtre, p. 434. Aussi beau et silencieux qu’un La Tour…

Pix by Cox, partagée le 6 juin 2015 :

24) Pix by Cox, partagée le 6 juin 2015 : « Ma « topique » subjective est à la fois celle des fenêtres ouvertes et de la chambre à soi. » Jean-Bertrand Pontalis, Fenêtres, p. 16. La fenêtre peut aussi ouvrir sur une complexité féconde. Ici ce sont les différentes qualités de présences à l’image qui m’ont intéressé. Présence photographique directe ou séparée de l’objectif par une vitre invisible si ce n’est par ses bords ; présence réfléchie par la vitre (en surimpression) ou par le miroir, sans perte trop importante de la texture ; présence sous forme d’ombre … et tiens ! Il n’existe pas d’adjectif pour dire « qui a la qualité d’une ombre » . Pas de corps, pas de mot… on pourrait dire « présence ombraire » non ?

Jean-Louis Comolli, partagée le 7 juin 2015 :

25) Jean-Louis Comolli, partagée le 7 juin 2015 : « Si tout au long de notre vie, nous ne faisions que lancer la bobine, là-bas, pour la faire revenir ici ! Là-bas comme ici (je pense au livre de Corinne Enaudeau), mais c’est le rêve, mais c’est le langage, et toutes nos tentatives pour maîtriser ce que nous ne sommes pas assurés de saisir ni de retenir, mais c’est l’analyse et tout le jeu des représentations qui souffrent du défaut de présence et qui pourtant, inlassablement, elles aussi, la cherchent, l’exigent, cette présence. » Jean-Bertrand Pontalis, Fenêtres, p. 95. L’escalier, la cave, la fenêtre, trilogie du seuil et de la résurrection, l’image est une bobine, comme celle avec laquelle jouait le petit-fils de Freud dont parle Pontalis, mais aussi au sens que le mot prend dans le langage populaire… « ramène un peu ta bobine par ici… » N’est-ce pas ce que nous demandons aux images ?

Marc Tallec, partagée le 7 juin 2015 :

26) Marc Tallec, partagée le 7 juin 2015 : « Parce que l’un, qu’on nomme intérieur, est l’espace du « sujet », et l’autre, dit l’extérieur, est l’espace de l’espace, du monde, des éléments, des « objets » et des autres, qui contient ce qui est nécessaire au sujet, ce qui est utile pour sa vie, et aussi ce qui est désirable. C’est l’espace Autre du sujet. La fenêtre-passage organise deux espaces dissymétriques, hétérogènes et complémentaires. Le premier, l’espace du sujet, est à peine un espace, il est le lieu du sujet, sa place. Quant à l’autre espace, c’est tout le reste, tout ce qui n’est pas lui, et qui lui est nécessaire. L’autre espace, c’est le complément du sujet. » Gérard Wajcman, Fenêtre, p. 160. Et le sujet, ici, est un véhicule, qui se place dos à ce qu’il désire voir. « Au réveil, il était midi »

Euquinimod Uthagey, partagée le 8 juin 2015 :

27) Euquinimod Uthagey, partagée le 8 juin 2015 : « En cela, le cadre est un acte, un acte de coupure. » Gérard Wacjman, Fenêtre, p. 115. Y a-t-il ici une ou trois fenêtres ? Y a-t-il une ou trois vues ? Un ou trois paysages ? En tout cas on voit bien que cadrer, c’est couper dans le visible pour proposer une tiercéité voire une trinité… 

François Bon, partagée le 10 juin 2015 :

28) François Bon, partagée le 10 juin 2015 : « Qu’est-ce qui me pousse à écrire tel ou tel texte de psychanalyse ? ça me vient d’où ? Les sources, le plus souvent inconnues de soi, sont multiples. La moins difficile à identifier : quelque chose s’est ouvert, qui pourrait bien aussitôt se refermer, au cours d’une séance. Une fenêtre, une brèche dans le mur, un rayon de lumière filtrant à travers un volet clos, une de ces intuitions, avec son caractère d’évidence, comme le rêve en offre parfois – « C’était donc ça ! » -, quitte à ce qu’elle se volatilise au réveil.  Jean-Bertrand Pontalis, Fenêtres, p. 29. Je ne sais pas pourquoi, le dispositif de cette salle, où la fenêtre joue le rôle de source lumineuse et de monochrome, où tout semble tendu vers l’écriture, me fait penser au dispositif de l’analyse. Peut-être est-ce parce que la bouche qui éclaire est dans le dos de celui qui écrit.

François Bon, partagée le 10 juin 2015 :

29) François Bon, partagée le 10 juin 2015 : « Il me disait à moi, avec un petit rire tout épanoui, que bien des hommes avaient pour lui une fenêtre ouverte à l’endroit de leur coeur, et d’habitude il accompagnait une pareille assertion de preuves immédiates et des plus surprenantes, tirées d’une connaissance profonde de ma propre personne.  » Edgar Allan Poe, Double assassinat dans la rue Morgue. Dira-t-on assez que partager une fenêtre est un signe d’amitié ? Voir ensemble, c’est une déclinaison du boire ensemble (commensalité, communion, conversation),  l’accès culturel principal aux racines anthropologiques de la fraternité.

Sadreddine Arezki, partagée le 10 juin 2015 :

30) Gérard Rondeau, partagée par Sadreddine Arezki  le 10 juin 2015 : « Ne pas chercher à donner une définition générale du cadre. Sa signification varie pour chacun. Le plus souvent la question du cadre n’est pas posée. José Bleger l’a noté : « Il sert de soutien, de châssis mais nous ne pouvons le voir que lorsqu’il se modifie ou se rompt. Le toujours là n’est pas perçu.  » Jean-Bertrand Pontalis, Fenêtres, p. 83. Une photographie pour évoquer la guerre… cette image est hantée par la figure invisible du sniper isolé. Nous avons pensé à Sarajevo en imaginant que marcher dans une rue y était défier la mort. Et nous voici inclus dans le dispositif, prêt à shooter, dans les diagonales de cette folie, nous sommes le sniper.

François Bon, partagée le 14 juin 2015

31) François Bon, partagée le 14 juin 2015 : « De la plus haute fenêtre de ma maison / Avec un mouchoir blanc je dis adieu / A mes vers qui s’en vont vers l’humanité. » Fernando Pessoa, « De la plus haute fenêtre », Le gardeur de troupeaux. L’écran de l’ordinateur, la fenêtre, la bouche, et ce soleil de fer coincé dans le cadre … On voit presque les mots s’échapper …

François Bon, partagée le 15 juin 2015 :

32) François Bon, partagée le 15 juin 2015 : « (…) je m’en tiens pour ma part à cet axiome : pas de fenêtre, pas de paysage. » Gérard Wajcman, Fenêtre, p. 240. Ah bon ?

François Bon, partagée le 15 juin 2015 :

33) François Bon, partagée le 15 juin 2015 : « Là, pas d’enfermement dans l' »habitacle », mais l’air libre, le vent, quelques gouttes de pluie, je suis dehors et dedans, dans un champ et sur mon siège. » Jean-Bertrand Pontalis, Fenêtres, p. 16. La lumière rasante vient caresser la surface de ces cadres que sont les tables, (tavola quadrata). Aller travailler en bibliothèque, c’est entrer dans un cadre où l’imaginaire et l’invisible dominent. On y voit tant et si peu.

Alessandro Forlin, partagée par Rithy Panh le 15 juin 2015 :

34) Alessandro Forlin, partagée par Rithy Panh le 15 juin 2015 : « Toujours est-il que l’écriture lyrique se fonde encore une fois sur la vision à travers la fenêtre, orientée d’abord vers le haut, et ensuite vers le bas. » Andrea Del Lungo, La fenêtre, p. 135. Je viens de voir L’image manquante de Rithy Panh, et je comprends mieux cette image. Apparition du visage dans le cadre, retour des fantômes, cours des âmes errantes.

François Bon, partagée le 15 juin 2015 :

35) François Bon, partagée le 15 juin 2015 : « Si nos mères n’étaient pas décevantes, nous ne recevrions rien de ce que, par surprise, offre la vie. » Jean-Bertrand Pontalis, Fenêtres, p. 57. Comme ces cadres inattendus sous nos pas. 

François Bon, partagée le 15 juin 2015 : "Au-dessus de la boutique d'Arnoux, il y avait au premier étage trois fenêtres, éclairées chaque soir. Des ombres circulaient par derrière, une surtout ; c'était la sienne ; et il se dérangeait de très loin pour regarder ces fenêtres et contempler cette ombre." Gustave Flaubert, L'éducation sentimentale.

36) François Bon, partagée le 15 juin 2015 : « Au-dessus de la boutique d’Arnoux, il y avait au premier étage trois fenêtres, éclairées chaque soir. Des ombres circulaient par derrière, une surtout ; c’était la sienne ; et il se dérangeait de très loin pour regarder ces fenêtres et contempler cette ombre. » Gustave Flaubert, L’éducation sentimentale. En fait, ce n’était pas la bonne.

François bon, partagée le 16 juin 2015 :

37) François bon, partagée le 16 juin 2015 : « Idée inconsciente : aller à la fenêtre pour faire signe à un homme de monter, comme une prostituée : déclenchement de la sexualité par suite de cette idée. » Sigmund Freud, La naissance de la psychanalyse : Lettres à Wilhelm Fliess, lettre n°53. J’aime l’idée que la sexualité soit ici manifestée par la végétation qui envahit la fenêtre et lui donne un air d’oubliée…

François Bon, partagée le 16 juin 2015 : "Rien de plus concret, matériel et simple que le cadre, en pratique. Mais rien de plus complexe, délicat et surprenant que les tenants et les aboutissants de cette chose d'allure si simple, si on veut bien se donner la peine d'y penser." Gérard Wajcman, Fenêtre, p. 121.

38) François Bon, partagée le 16 juin 2015 : « Rien de plus concret, matériel et simple que le cadre, en pratique. Mais rien de plus complexe, délicat et surprenant que les tenants et les aboutissants de cette chose d’allure si simple, si on veut bien se donner la peine d’y penser. » Gérard Wajcman, Fenêtre, p. 121. Tout ceci n’est qu’un échafaudage dont il faudra se séparer au profit de la grammaire… Le cadre n’agit pas.

François Bon, partagée le 17 juin 2015 :

39) François Bon, partagée le 17 juin 2015 : « Du moins, pour moi, je n’ai jamais pu voir une fenêtre, – éclairée la nuit, – dans une ville couchée, dans laquelle je passais,-sans accrocher à ce cadre de lumière un monde de pensées,-sans imaginer derrière ces rideaux des intimités et des drames… » Jules Barbey d’Aurevilly, « Le rideau cramoisi », Les diaboliques. Question : Est-ce que devant une fenêtre l’intérieur est toujours de mon côté et l’extérieur de l’autre ? 

Chrystel Morel Ramirez, partagée le 17 juin 2015 :

40) Chrystel Morel Ramirez, partagée le 17 juin 2015 : « Tout revient à cette formule : voir sans être vu. C’est la formule du panoptique. » Gérard Wajcman, Fenêtre, p. 364. Ce sont les chats, prédateurs nonchalants, qui nous révèlent le vrai sens de nos fenêtres

Karoline Truchon, partagée le 17 juin 2015 :

41) Karoline Truchon, partagée le 17 juin 2015 : « Le flâneur voit la ville se scinder en deux pôles dialectiques. Elle s’ouvre à lui comme paysage et elle l’enferme comme chambre. » Walter Benjamin, Paris, capitale du XIX ème siècle. Les vitrines des cafés sont des salles de spectacle et les gouttes ‘eau leurs ouvreuses … 

Alain François, partagée le 18 juin 2015 :

42) Alain François, partagée le 18 juin 2015 : « Le peintre ouvre l’oeil et la fenêtre à la main. » Gérard Wajcman, Fenêtre, p. 89. La fenêtre est parfois ignorée, le peintre l’ouvre, et puis … 

François Bon, partagée le 18 juin 2015 :

43) François Bon, partagée le 18 juin 2015 : « Le tableau représente un possible état de choses dans l’espace logique. » Ludwig Wittgenstein, Tractatus logico-philosophicus, p. 35. On n’a pas beaucoup parlé du format, c’est pourtant la première forme d’expression de la subjectivité du sujet imageant. Doit y voir un choix parmi une infinité de possibles ou une soumission à la convention, au registre, à la bienséance ou à la séduction ? 

Sabine Beuvelet, partagée le 19 juin 2015 :

44) Sabine Beuvelet, partagée le 19 juin 2015 : « La fenêtre est quelquefois vue de l’extérieur par le regard d’un flâneur qui scrute les mystères cachés de la vie privée, et qui insiste sensiblement sur les mêmes thématiques que les prédécesseurs Mercier et Restif. » Andrea Del Lungo, La fenêtre, p. 308. Vous qui passez sans me voir…

Lorenzo Amaduzzi, partagée le 20 juin 2015 :

45) Lorenzo Amaduzzi, partagée le 20 juin 2015 : « La fenêtre est le moyen de prendre place dans une nature qui ne prévoit pas l’homme, d’y prendre place par les yeux, en la changeant en spectacle, ce qui est une façon de dénaturer entièrement la nature, de l’humaniser, sans y changer absolument rien réellement : il suffit qu’elle devienne son image. » Gérard Wajcman, Fenêtre, p. 261. La fenêtre comme opératrice faisant de la chose sa propre image… ou l’indiquant ou le feignant … 

Isabel Quintilla, partagée par Rithy Panh le 20 juin 2015 :

46) Isabel Quintilla, partagée par Rithy Panh le 20 juin 2015 : « Qu’est-ce que peindre sinon embrasser avec art la surface d’une fontaine ? » Leon Battista Alberti, De la peinture. La fenêtre et son verre d’eau, proximité du boire et du voir, oralité dans la pulsion scopique … NB : Cette image est un dessin.

Roland Carée, partagée le 20 juin 2015 :

47) Roland Carée, partagée le 20 juin 2015 : « Le dispositif, ce sera donc pour moi avant tout ce trait, singulièrement signifiant ; le cinéma est une aspiration du regard par l’écran. » Jacques Aumont, L’oeil interminable, p. 70. Pourquoi ne pas nommer l’écran, la plage ? C’est moins un « écran » qu’une plage, non ? 

Vivian Maïer, partagée par Rithy Panh le 22 juin 2015: « Le rêveur ne sait pas qu’il rêve, le spectateur du film sait qu’il est au cinéma : première et principale différence entre situation filmique et situation onirique. On parle parfois d’illusion de réalité pour l’une et l’autre, mais l’illusion vraie est propre au rêve et à lui seul. Pour le cinéma, il vaut mieux s’en tenir à noter l’existence d’une certaine impression de réalité. »

48) Vivian Maïer, partagée par Rithy Panh le 22 juin 2015: « Le rêveur ne sait pas qu’il rêve, le spectateur du film sait qu’il est au cinéma : première et principale différence entre situation filmique et situation onirique. On parle parfois d’illusion de réalité pour l’une et l’autre, mais l’illusion vraie est propre au rêve et à lui seul. Pour le cinéma, il vaut mieux s’en tenir à noter l’existence d’une certaine impression de réalité. » Christian Metz, « Le film de fiction et son spectateur » in Psychanalyse et cinéma. Voilà une belle manière de penser le cinéma, s’assoupir dans un train, entr’ouvrir les yeux et regarder le paysage qui défile.

Antonia Masi, partagée le 23 juin 2015 :

49) Antonia Masi, partagée le 23 juin 2015 : « L’oeil sera fantasmé comme un organe destiné à « avaler » des paysages, au rythme même où ces transports avalent des kilomètres et des minutes. Thème de la digestion oculaire (devenue depuis indigestion), qui fait lui aussi partie de cette constellation de l’oeil variable, à laquelle on pourrait presque donner l’allure d’un mythe. » Jacques Aumont, L’oeil interminable, p. 72. Prête pour le festin, cette passagère à la fenêtre commence par un peu de verdure.

Leonard Freed, partagée par Rithy Panh le 24 juin 2015 : « (…) je considère que l’œuvre d’art est structurée comme un symptôme et je recherche le jeu du pulsionnel et celui du système défensif mis en mouvement, ainsi que le retour du refoulé… »

50) Leonard Freed, partagée par Rithy Panh le 24 juin 2015 : « (…) je considère que l’œuvre d’art est structurée comme un symptôme et je recherche le jeu du pulsionnel et celui du système défensif mis en mouvement, ainsi que le retour du refoulé… » Murielle Gagnebin, L’en deçà de la sublimation, introduction. La fenêtre comme lieu du retour des corps chez Rithy Panh.

Roland Carrée, partagée le 28 juin 2015 :

51) Roland Carrée, partagée le 28 juin 2015 : « Pour le dire autrement, la photographie d’un paysage est une fenêtre ouverte sur un monde antérieur (…). » Gérard Wajcman, Fenêtre, p. 254. Et oui, « ça a été… bu » ou vu ? 

Eva Rubinstein, partagée par Rithy Panh, 30 juin 2015 :

52) Eva Rubinstein, partagée par Rithy Panh, 30 juin 2015 : « Les rêves, c’est quand ça reste dans la tête, les cauchemars, c’est quand ça vient dans la chambre » un enfant de trois ans à Jean-Bertrand Pontalis, Fenêtres, p. 35. Il n’est pas impossible que le lit, avec son cadre, sa forme, son goût des corps et son art de conserver les traces, soit le véritable ancêtre de la photographie.

Pix by Cox, partagée le 1 er juillet 2015 :

53) Pix by Cox, partagée le 1 er juillet 2015 : « Comme on a pu le rencontrer dans les notions de fenêtre ou de Tableau, ce domaine semble propice aux ambiguïtés, habité d’équivoques, les sens opposés s’y croisent sans cesse et tout semble dans une perpétuelle balance entre fermeture et ouverture, surface et bord, trou et écran – ainsi entre cadre et quadro. Gérard Wajcman, Fenêtre, p. 122. Et j’ajouterai, entre immobilité et mouvement … 

Antoine Cordier-Zamponi, partagée le 2 juillet 2015 :

54) Antoine Cordier-Zamponi, partagée le 2 juillet 2015 : « Najat Vallaud-Belkacem était à Caen, en bas de chez moi. », l’auteur de la photographie. Intérêt pour le « z » formé par la voiture, le chemin goudronné et le bord de la fenêtre. Mais, bon, la fenêtre sert aussi à regarder ce qui se passe dans la rue.

Camilla Arkans, partagée par Rithy Panh, 2 juillet 2015 : « Toute photographie est une fiction qui se prétend véritable. En dépit de tout ce qui nous a été inculqué, et de ce que nous pensons, la photographie ment toujours, elle ment par instinct, elle ment parce que sa nature ne lui permet pas de faire autre chose. »

56) Camilla Arkans, partagée par Rithy Panh le 2 juillet 2015 : « Toute photographie est une fiction qui se prétend véritable. En dépit de tout ce qui nous a été inculqué, et de ce que nous pensons, la photographie ment toujours, elle ment par instinct, elle ment parce que sa nature ne lui permet pas de faire autre chose. » Joan Fontcuberta, Le baiser de Judas, p. 11. Ici, elle se cache pour mieux se montrer et mieux se mettre en valeur, un classique ! 

Euquinimod Uthagey, partagée le 5 juillet 2015 :

57) Euquinimod Uthagey, partagée le 5 juillet 2015 : « C’est pourquoi il est essentiel que le dessin du cadre permette la circulation continue du regard, comme s’il ne cessait de refluer en lui-même. La configuration du cadre ne doit donc offrir aucune brèche, aucun pont par lequel, pour ainsi dire, le monde pourrait s’introduire, ou par lequel le tableau pourrait s’écouler dans le monde (…) » Georg Simmel, Le cadre et autres essais, p. 32. Le mur joue aussi un rôle dans la compréhension et l’appréciation de ce que montre une fenêtre. Il n’y a pas que le cadre doré qui la mette en valeur, mais aussi le mur, ce contexte immédiat que l’image ignore, parce qu’il est dans son dos.

Pix By Cox, partagée le 5 juillet 2015

58) Pix By Cox, partagée le 5 juillet 2015 : « Le paysage peint en plein air est une invention récente, invention qui s’érige d’ailleurs contre la tradition de l’image de la nature peinte en atelier. Pour toute cette tradition, l’image de la nature (ou bien la nature devenue image) suppose l’existence d’un espace de culture, voire de civilisation, à partir duquel on contemple un dehors. Même lorsqu’il s’agit de paysages citadins, une séparation reste indispensable. C’est le rectangle de la fenêtre qui transforme le dehors en paysage. » Victor I. Stoichita, L’instauration du tableau, p. 58. Des usages de la camionnette obscura …

Johanna Capi, partagée le 10 juillet 2015 :

59) Johanna Cappi, partagée le 10 juillet 2015 : « Les expositions universelles furent la haute école où les masses exclues de la consommation apprirent l’identification à la valeur d’échange. « Tout regarder, ne toucher à rien. » Walter Benjamin, Paris, capitale du XIX ème siècle, p. 219. Voici des fenêtres de la Bibliothèque Nationale de France que Walter Benjamin n’aura pas connues – il passait son temps à Richelieu – elles l’auraient pourtant intéressé puisque c’est l’univers confiné de la bibliothèque qui est devenu une exposition universelle… 

Jean-Pierre Pancrazi, trouvée le 13 juillet 2015 :

60) Jean-Pierre Pancrazi, trouvée le 13 juillet 2015 : « Mon ami, après avoir fait exception à mes habitudes en dînant seul, ou plutôt dans la compagnie agaçante de ces frissons qui m’empêchent de jouir tranquillement de toute nourriture, je me suis levé de la table rassasié de cette détresse qui m’accompagnait déjà lorsque je m’étais attablé. Puis, mettant mes bras sur l’encadrement de la fenêtre et y appuyant ma poitrine et presque tout mon corps, j’ai commencé à regarder le magnifique spectacle des innombrables gondoles pleines d’étrangers aussi bien que de gens du pays, qui délectaient non seulement mon regard, mais aussi le Canal Grande, lui-même si séduisant pour quiconque le traverse. » L’Arétin cité par Victor I. Stoichita, L’instauration du tableau, p. 60. Voir avec son corps entier, voir en se collant à la surface de l’image, voir en l’étreignant comme une femme… Tout l’inconscient du regard est dessiné par cette expérience de l’Arétin, le toucher et l’oralité, le câlin, la frustration réparée, la dialectique entre l’étranger et le familier… et la colonne centrale du Canale Grande… fascinante expérience, fascinant récit ! 

François Bon, partagée le 15 juillet 2015 :

61) François Bon, partagée le 15 juillet 2015 : « Ce livre est d’une beauté sinistre et froide, il a été fait avec fureur et patience. » Baudelaire à sa mère, au sujet des Fleurs du mal, lettre du 9 juillet 1857. Cette image est merveilleuse, François Bon l’a faite lorsqu’il travaillait sur Lovecraft aux USA, elle porte en elle l’idée du livre à venir, d’un temps ancien, d’une froideur industrielle devenue poème … 

Zen Kane, partagée le 15 juillet 2015 :

62) Zen Kane, partagée le 15 juillet 2015 : « Il n’y a pas diverses espèces de trous, la forme est tout ce qui différencie un trou, c’est-à-dire le dessin de ses bords et aussi, ce qui est lié, du matériau ainsi troué, ce qui fait qu’on parlera de brèche, chas, pertuis, fente, fissure ou de fenêtre selon les cas. » Gérard Wajcman, Fenêtre, p. 167. Superbe composition où le voile classique vient souligner le sujet et le recadrer. On n’est pas loin de la miniature.

Marc Tallec, partagée le 19 juillet 2015 :

63) Marc Tallec, partagée le 19 juillet 2015 : « La finalité dernière du cadre prouve que les cadres en tissu que l’on voit apparaître çà et là sont totalement irrecevables : un morceau de tissu est toujours perçu comme un fragment qui se prolonge bien au-delà de lui-même ; il n’y a pas de nécessité intérieure à interrompre le motif précisément à tel ou tel endroit, puisqu’il présente de lui-même une continuité illimitée – ce pourquoi le cadre de tissu est privé de toute clôture justifiée par la forme, et ne peut donc pas clore quoi que ce soit d’autre. Dans le cas de tissus sans motifs, où cette absence d’unité organique et cette incapacité à marquer la clôture sont moins flagrantes, la mollesse du bord, et toute l’impression générale qui se dégage du tissu, suffit à produire le même défaut. » Georg Simmel, Le cadre et autres essais, p. 33. Une belle image-fente ! Cadre fortuit, déchirure du visible et aspect aléatoire des bords… Le désir de voir est accolé au désir de sortir.

 

Philippe Beuvelet, partagée le 19 juillet 2015 :

64) Philippe Beuvelet, partagée le 19 juillet 2015 : « Le cadre : condition nécessaire à coup sûr pour que la réalité psychique prenne toute la place, pour que l’analyse puisse imprimer du mouvement à la pensée, à la mémoire, à la parole. Il faut au peintre les limites d’une toile pour que l’illimité d’un paysage apparaisse, pour qu’une lampe ne soit pas seulement un objet, mais source infinie de lumière ; il faut un plateau de théâtre pour qu’une scène soit aussi une autre scène ; l’art de la photographie repose pour une bonne part sur la qualité du cadrage. Seul l’enclos du sommeil où les amarres sont rompues avec le monde extérieur autorise le rêve à s’éveiller et à se déployer en tous sens. Jean-Bertrand Pontalis, Fenêtres, p. 82. On sent ici la poussée du rêve ou tout au moins de la rêverie, et l’effort du contenant très présent, mais décalé, décollé. Le sujet prêt à rejoindre ce monde infini.

Euquinimod Uthagey, partagée le 25 juillet 2015 :

65) Euquinimod Uthagey, partagée le 25 juillet 2015 : « Toute représentation, tout signe représentation, tout procès de signification comprend ainsi deux dimensions que j’ai coutume de nommer, la première, réflexive – se présenter – et la seconde transitive – représenter quelque chose. » Louis Marin cité par Gérard Wajcman, Fenêtre, p. 16. Le mur fini (voir image 57) donne de la sérénité à la vue, les couleurs sont revenues. 

Ksenija Skacan, partagée le 27 juillet 2015 :

66) Ksenija Skacan, partagée le 27 juillet 2015 : « Tout cela n’est que fantasme, dira-t-on. Mais justement : l’historien ne doit pas reculer devant l’analyse des fantasmes dont les images – et leurs usages – sont si hautement investies. » Georges Didi-Huberman, L’image ouverte, p. 36. Arrivera-t-on à faire une histoire des fantasmes sur les images ? Sans doute un fantasme sur les images qui se trouve être anhistorique. 

Paula Prandini, partagée le 27 juillet 2015 : "Au bout du petit matin, ce plus essentiel pays restitué à ma gourmandise (...)"

67) Paula Prandini, partagée le 27 juillet 2015 : « Au bout du petit matin, ce plus essentiel pays restitué à ma gourmandise (…) » Aimé Césaire, Cahier d’un retour au pays natal. Très belle image, profonde, juste, sobre et si bien ancrée dans son contexte. Sans la main de l’enfant posée sur la surface de la fenêtre, ce n’est pas du tout la même chose…

Pix By Cox, partagée le 31 juillet 2015 :

68) Pix By Cox, partagée le 31 juillet 2015 : « (…) mais a-t-on dit assez en quoi dans la peinture, dans le tableau, c’est, bien avant l’art et ses beautés, le pouvoir même de la fenêtre, la fonction élémentaire du cadre de la fenêtre qui opérait la magie d’une métamorphose du monde en image, la sublimation de la nature en paysage ? Au point qu’une équation élémentaire pourrait être : le paysage = la nature + un cadre. » Gérard Wajcman, Fenêtre, p. 188. Ce qui me plaît dans cette image, c’est la manière dont l’oeil peut y trouver des cadres, y trouver ses cadres. 

Sophie Fillères, partagée le 12 août 2015 :

69) Sophie Fillères, partagée le 12 août 2015 : « Toute image est un adieu. » Gérard Wajcman, Fenêtre, p. 189. Cette fenêtre ouvre sur un beau lieu, mais un lieu auquel un jour on doit dire Adieu… ou bien où l’on vient après avoir fait ses Adieux … 

Alain François, partagée le 20 août 2015 :

70) Alain François, partagée le 20 août 2015 : « La formule tracer un cadre c’est ouvrir une fenêtre n’est pas une formule imagée ou un effet de style, c’est une thèse. » Gérard Wajcman, Fenêtre, p. 100. Et avant ou plutôt sous la thèse, il y a l’hypothèse… de l’artiste.

Zeng Shengxi, partagée le 21 août 2015 : 1)« Que faire de cet espace sans sens pour l’action, simple image du monde, carte postale inatteignable, que je vois de l’autre côté de la fenêtre et qui semble me faire signe sans que je puisse lui répondre ? »

71) Zeng Shengxi, partagée le 21 août 2015 :  « Que faire de cet espace sans sens pour l’action, simple image du monde, carte postale inatteignable, que je vois de l’autre côté de la fenêtre et qui semble me faire signe sans que je puisse lui répondre ? » Clélia Zernike, Perception cinéma, p. 76. Comment se résigner à ne pas atteindre un si beau paysage ? 

Société Française de Photographie, partagée le 26 août 2015 :

72)  Société Française de Photographie, partagée le 26 août 2015 : « Sur l’enchaînement des inventions techniques : « Quand il voulait faire des essais de lithographie, Niepce qui vivait à la campagne, rencontrait les plus grandes difficultés pour se procurer les pierres indispensables. C’est ainsi qu’il eut l’idée de remplacer les pierres par une plaque de métal et le crayon par la lumière solaire. «  » Gisèle Freund d’après Victor Fouque et citée par Walter Benjamin, Paris, capitale du XIX ème siècle, p. 690. Amusant que la photographie de fenêtre la plus proche de l’aspect et de la composition d’un tableau soit partagée par la Société Française de Photographie ! 

Lorenzo Amaduzzi, partagée le 27 août 2015 :

73) Lorenzo Amaduzzi, partagée le 27 août 2015 : « S’ouvrir à l’image serait donc s’ouvrir au règne d’une inapaisable contradiction en acte. L’art chrétien d’Occident aura fait constamment jouer, à partir d’une certaine époque, la beauté des  formes avec ce que Jean de la Croix nommait « l’autre beauté » (la outra hermosura), celle du fond, celle qui dilacère, refend, ouvre la première. » Georges Didi-Huberman, L’image ouverte, p. 56. Comprendre les fenêtres c’est comprendre la quadrature du cercle.

Clemens Hoffmann, partagée le 28 août 2015 :

74) Clemens Hoffmann, partagée le 28 août 2015 : « A l’extrême droite, le tableau reçoit sa lumière d’une fenêtre représentée selon une perspective très courte ; on n’en voit guère que l’embrasure ; si bien que le flux de lumière qu’elle répand largement baigne à la fois, d’une même générosité, deux espaces voisins, entrecroisés, mais irréductibles : la surface de la toile, avec le volume qu’elle représente (c’est-à-dire l’atelier du peintre, ou le salon dans lequel il a installé son chevalet) et, en avant de cette surface le volume réel qu’occupe le spectateur (ou encore le site irréel du modèle). » Michel Foucault, Les mots et les choses, p. 21. J’ai toujours trouvé que Les Ménines étaient une histoire de tonneaux, la preuve en image… 

Roland Carrée, partagée le premier septembre 2015 :

75) Roland Carrée, partagée le premier septembre 2015 : « Dans les tableaux à cadre de porte, de fenêtre ou de niche, le spectateur est appelé à voir l’image à travers les yeux de l’artiste/émetteur. » Victor I. Stoichita, L’instauration du tableau, p. 88. Se cacher pour mieux se montrer… la condition du sujet lacanien ! 

Pierre Gaudu, partagée le 11 septembre 2015 :

76) Pierre Gaudu, partagée le 11 septembre 2015 : « Mais peindre sur le motif, ce n’est peut-être après tout qu’emmener sa fenêtre à la campagne. » Gérard Wajcman, Fenêtre, p. 253. Emmener sa fenêtre ou toute sa maison ? 

Olivier Hadouchi, partagée le 13 septembre 2015 :

77) Olivier Hadouchi, partagée le 13 septembre 2015 : « Les fenêtres, vitrées de carreaux bleu azur et vert pâle, ne laissent pénétrer dans cette retraite mystérieuse qu’un jour tamisé et voluptueusement affaibli, en sorte que l’on se pourrait croire dans le propre palais d’une ondine ou d’une naïade. » Théophile Gauthier, Fortunio. Tout dans ce cadrage évoque le départ, c’est la dernière photographie, prise avant que les amarres ne soient larguées, alors que la cloche tintait sans discontinuer. Le début du roman.

Stéphanie Dutandemy Der, partagée le 15 septembre 2015 :

78) Stéphanie Dutandemy Der, partagée le 15 septembre 2015 : « Quand on ne regarde un certain objet que comme en représentant un autre, l’idée qu’on en a est une idée de signe, et ce premier objet s’appelle signe. C’est ainsi qu’on regarde d’ordinaire les cartes et les tableaux. » La logique ou l’art de penser. Si la fenêtre transforme le visible en signe, il me semble que cela est moins vrai du miroir, qui, ayant pourtant un bord, semble mettre son effet magique, sa vérité crue, en avant … La fenêtre manifestée par son bord rappelle le geste de la représentation et pointe ainsi un signe, le miroir nous propose une image achiropoïète où le bord n’est qu’un hasard. 

Raphaele Bertho, partagée le 23 novembre 2015 :

79) Raphaele Bertho, partagée le 23 novembre 2015 : « Au fond, je ne dis rien d’autre que ceci : le sujet « tout voyant » qui a depuis longtemps été reconnu être le sujet du cinéma, est un sujet historiquement daté de la modernité, et donc, en voie de disparition. » Jacques Aumont, L’oeil interminable, p. 71. C’est peut-être là la condition moderne, être en voie de disparition sans jamais disparaître… ce qui se produit, c’est que ce sujet tout voyant a élargi les formes du cinéma, a enjambé le montage et le cadre … tout est cinéma ! 

Shira Stav, partagée le 2 décembre 2015 : " D’ailleurs, nous l’avons dit : les Dix Paroles n’étaient pas seulement gravées sur les tables, mais chaque lettre traversait de part en part la pierre, pour constituer un véritable vide dans la matière elle-même. » Marc-Alain Ouaknin, Les dix commandements, p. 39.

80) Shira Stav, partagée le 2 décembre 2015 :  » D’ailleurs, nous l’avons dit : les Dix Paroles n’étaient pas seulement gravées sur les tables, mais chaque lettre traversait de part en part la pierre, pour constituer un véritable
vide dans la matière elle-même. » Marc-Alain Ouaknin, Les dix commandements, p. 39. Cette fenêtre est celle de Nurith Aviv, un instrument de cadrage quotidien … Ce qu’on voit là est un appareil dédié à la vision : une lettre.

Carlo Bertini, offerte personnellement par Olivier Recanati le 2 décembre 2015 :

81) Carlo Bertini, offerte personnellement par Olivier Recanati le 2 décembre 2015 : « Les limites de l’écran ne sont pas, comme le vocabulaire technique le laisserait parfois entendre, le cadre de l’image, mais un cache qui ne peut que démasquer une partie de la réalité. » André Bazin, Qu’est-ce que le cinéma ? p. 188. Au bout d’un moment on se fait repérer par ses amis comme amateur de fenêtres, alors on s’en fait offrir… Celle-ci, au-delà de me faire plaisir par ce qu’elle m’offre comme désir d’Italie en en montrant un petit morceau, me fait réfléchir à la proximité qui réside entre la lettre et le cadre… va savoir pourquoi.

Claude Estèbe, partagée le 30 décembre 2015 :

82) Claude Estèbe, partagée le 30 décembre 2015 : « On mesure cependant ici à quel point est fautive la citation qu’on fait d’Alberti au sujet de la fenêtre qui ouvrirait « sur le monde » : non seulement ce n’est pas la lettre de ce qu’il dit, mais encore, mais surtout, dans l’esprit de l’architecture, « le monde » qui est derrière la fenêtre n’est de toute façon pas un monde, visible, peuplé de choses et de gens, mais, je le disais, un milieu, et une réserve d’air, d’eau et de lumière. » Gérard Wajcman, Fenêtre, p. 203. « Une réserve d’eau, d’air et de lumière » comment mieux définir l’image, porteuse de ces trois fluides indispensables à la dés-alter-ation de l’oeil humain ? 

Christoph Miller, partagée le 20 janvier 2016 : « Bien loin que le mot vienne en avant de la chose en lui faisant écran, il s’efface pour la manifester. Il n’est pas un substitut qui la cache, il n’est pas lui-même un symbole qui la re-présenterait par ses propres substance ou forme, il est seulement dans l’expérience du locuteur une percée sur la chose, une ligne de mire qui la fait voir. »

83) Christoph Miller, partagée le 20 janvier 2016 : « Bien loin que le mot vienne en avant de la chose en lui faisant écran, il s’efface pour la manifester. Il n’est pas un substitut qui la cache, il n’est pas lui-même un symbole qui la re-présenterait par ses propres substance ou forme, il est seulement dans l’expérience du locuteur une percée sur la chose, une ligne de mire qui la fait voir. » Jean-François Lyotard, Discours, figure, p. 82. Lyotard précise ainsi que contrairement à ce que laisse penser Saussure et son arbitraire du signe, le langage écrit fonctionne vite, à l’usage, comme une image sonore de la chose. Je dis fenêtre et mon destinataire voit la fenêtre au moment même où il entend son nom. Le code a une épaisseur très variable… 

Jean Noël Lafargue, partagée le 5 mars 2016.

84) Jean Noël Lafargue, partagée le 5 mars 2016 : Cette fois-ci les mots sont dans l’image … 

Abbas Fahdel, partagée le 6 mars 2016

85) Abbas Fahdel, partagée le 6 mars 2016 : « L’inconscient serait-il pour les psychanalystes la version laïque d’un dieu caché qu’on ne peut palper, voir – lui, l’irreprésentable – que lorsqu’il prend corps, qu’il est là, aussi présent qu’inaccessible en soi ? Jean-Bertrand Pontalis, Fenêtres, p. 77. Une fenêtre n’est pas une sortie et pourtant une fenêtre sert à s’enfuir … tout comme le mot « dieu » ? 

86) Abbas Fahdel, partagée le 7 mars 2016 : « Il pose une feuille blanche sur la table devant lui et trace ces mots avec son stylo. Cela fut. Ce ne sera jamais plus. » Paul Auster, L’invention de la solitude, p. 119. La page blanche est elle aussi une fenêtre, bien sûr. En voyant cette cité de verre à travers la fenêtre photographiée par Abbas Fahdel, je ne peux m’empêcher de penser à l’écrivain de Brooklyn et à cette belle formulation du « ça a été » de Barthes. L’écriture est une photographie, ou plutôt, elle a une dimension photographique… inscription de l’instant, dépôt d’une forme sur un subjectile, reproductibilité …  et l’indicialité.

87) Nurith Aviv, partagée le 9 mars 2016 : « La vision n’est pas ici un mécanisme, une faculté ou un sens, c’est une relation, une simple mise en rapport du sujet et d’un objet. Ainsi pensée, non pas tant pensée d’ailleurs que posée, simplement, la vision s’écrit chez Alberti sous la forme stricte d’une relation, simple, elle est ce qu’inscrit une simple relation : une droite reliant l’oeil à l’objet. Cette ligne inscrit leur mise en rapport, qu’il y a un rapport du sujet-oeil à l’objet, et ce rapport se nomme vision. » Gérard Wajcman, Fenêtre, p. 162. Un jour Nurith Aviv m’a expliqué qu’elle cadrait ses images à partir du bord sans forcément s’inquiéter du centre, la vision est d’abord une limite, c’est d’abord le corps de l’image qui prime sur le corps dans l’image… 

88) Raphaele Bertho, partagée le 10 mars 2016 : « Attention, un train peut en cacher un autre ! » Panneau SNCF sur les passages à niveau. Une fenêtre aussi …

89) Irène Jacob, partagée le 12 mars 2016 : « Renouer avec l’existence, après les heures d’envol vers l’au-delà des fenêtres, c’est toujours tomber, retomber dans la réclusion. » Jean Rousset, Forme et signification. Ce que les gouttes disent, nous rappelant la surface invisible de la fenêtre, c’est que nous sommes toujours à l’intérieur, rarement, (même les comédiens ?), à l’extérieur.

90) Nurith Aviv, partagée le 22 mars 2016 : « Kieślowski, trop pauvre pour s’acheter un billet d’entrée, montait sur le toit et ne voyait qu’une partie de l’écran à travers une fente. » Annette Insdorf, Doubles vies, secondes chances, p. 14. L’image-fente, c’est le titre de ma thèse, cette photographie de Nurith Aviv en est une belle. Ouverture : rendue perceptible par la surface vitrée en haut de l’image. Passage : accentué par l’absence de bord en bas de l’image. Origine : l’arbre n’est pas à proprement parler, « cadré », c’est-à-dire, construit par et pour l’image, il est à l’origine de sa propre image. Contrairement à la finestra, l’image-fente ne montre pas un objet représenté, mais s’ouvre sur l’objet comme étant sa propre origine.

91) Albert Marquet, partagée par François-Marie Lemonnier le 10 avril 2016 : « Volé à la vigilance du gardien » François-Marie Lemonnier. Photographie reçue par SMS puis transférée sur Facebook. Transmission d’un regard en direct. Ici, rien d’autre à voir que la fenêtre en elle-même, formule du « j’y suis/j’y ai été » (avec toi) de la communication visuelle immédiate par smartphone, entre amis qui se connaissent bien.

92) Abbas Fahdel, partagée le 6 mai 2016 : « On dit que ce sont les peintres qui ont inventé la photographie (en lui transmettant le cadrage, la perspective albertienne et l’optique de la camera obscura). Je dis : non, ce sont les chimistes. Car le noème « ça a été » n’a été possible que du jour où une circonstance scientifique (la découverte de la sensibilité à la lumière des halogénures d’argent) a permis de capter et d’imprimer directement les rayons lumineux émis par un objet diversement éclairé. La photographie est littéralement une émanation du référent. » Roland Barthes, La chambre claire, p. 126. Cette image me fait penser à un autre livre de Roland Barthes, L’empire des signes … bien qu’éloigné de ce lieu, le Japon, celui des mangas de Jirô Taniguchi, surtout, semble habiter cette fenêtre où les lettres sont toutes comprises dans un carré.

93) Claudia Polledri, partagée le 8 mai 2016 : « Ce que j’entends par méthode, ce sont des règles certaines et faciles, par l’observation exacte desquelles on sera sûr de ne jamais prendre une erreur pour une vérité. » Descartes cité par Victor I. Stoichita, L’instauration du tableau, p. 207. Finalement, je me demande si Mondrian n’a pas peint des superpositions de fenêtres, c’est-à-dire des multiplications de regards, c’est-à-dire une recherche sans synthèse. Que cherche-t-on sinon la bonne fenêtre ? 

94) François Bon, partagée le 10 mai 2016 : « Je verrai les printemps, les étés, les automnes ; / Et quand viendra l’hiver aux neiges monotones, / Je fermerai partout portières et volets / Pour bâtir dans la nuit mes féériques palais. Charles Baudelaire, »Paysage ». Baudelaire préférait les fenêtres fermées, opaques, vues de l’extérieur … paupières fermées ? Images laiteuses, écrans du rêve sur le sein maternel ? Juste après la satisfaction orale ? Ah ! Madame Aupick ! 

95) Michel Zenino, partagée le 29 mai 2016 : « La photographie ne dit pas (forcément) ce qui n’est plus, mais seulement et à coup sûr, ce qui a été. cette subtilité est décisive. » Roland Barthes, La chambre claire, p. 133. Cette photographie est une photographie de Canelle, publiée peu de temps après son décès par ses maîtres affectueux. Elle est à l’extérieur, au soleil, nous sommes à l’ombre, elle vit, nous sommes endormis.

96) Paula Prandini, partagée le 13 juin 2016 : « La question se pose donc de savoir si l’expérience visuelle du voyage en train a eu un quelconque effet sur l’émergence du cinéma, compte-tenu notamment de l’analogie si souvent reconnue entre ces deux machines à vision. » Marc-Emmanuel Mélon, « Le voyage en train et en images : une expérience photographique de la discontinuité et de la fragmentation », in Arrêt sur image, fragmentation du temps, p. 49. La fenêtre des mots, appelée « windows » sur la fenêtre du train, continuité et fragmentation de la parole et du regard, chacun occupé à fuir l’autre. Le dispositif le plus poétique qui soit… et en plus c’est l’Italie qui est derrière la fenêtre ! 

97) Rémi Coignet, partagée le 14 juin 2016 : « Les rêveries sur le déclin de Paris sont un symptôme du fait que la technique n’était pas acceptée. Elles traduisent la conscience obscure de ce que la croissance des grandes villes s’accompagne de celle des moyens qui permettent de les raser. » Walter Benjamin, Paris, capitale du XIX ème siècle, p. 122. Paradoxe et paradigme de la modernité ; l’apparition de la disparition, chose que la photographie incarne merveilleusement bien. 

98) Charles Tesson, partagée le 26 juin 2016 : « L’image est un appât, concluait-il (Clément d’Alexandrie), elle rend les hommes érôtikoï, elle les plonge dans l’abîme. L’image est un appât, un leurre, un piège donc -assertion classique. Elle émeut le vivant avec du mort. » Georges Didi-Huberman, L’image ouverte, p.97. Le leurre des fenêtres réside dans leur duplicité, entre l’intérieur et l’extérieur. 

99) Irène Jacob, partagée le 27 juillet 2016 : « Les fenêtres des peintres : Vermeer, Friedrich, Bonnard. Des femmes à la fenêtre, le regard tourné vers le jardin tout proche ou vers les lointains, le ciel, l’invisible, à moins que ce ne soit sur le vide. Des représentations d’homme à la fenêtre, sans doute y en a-t-il, je ne m’en souviens pas, ou alors ils se tiennent sur un balcon d’où ils peuvent surplomber la ville. Les hommes ignoreraient-ils le désir d’autre chose ? » Jean-Bertrand Pontalis, Fenêtres, p.16. Vision de New-York, la ville, tranquille, se tient derrière la fenêtre, comme un désir d’ailleurs permanent, le paysage urbain vu comme un parc naturel sauvage. Il va bientôt falloir aller tourner ! 

100) Reivilo Chi, partagée le 31 juillet 2016 : « Matériellement, concrètement ? Après tout, il n’y a que trois modes fondamentaux possibles de « rapport » à l’objet : l’avoir, ne pas l’avoir et l’avoir sans vraiment l’avoir, l’avoir, comme on dit, à distance. Les trois modes correspondent à trois « sens » : le toucher, la parole, la vue. » Gérard Wajcman, Fenêtre, p. 170. Avoir ou ne pas avoir de place dans l’avion… l’histoire de cette photographie m’a été racontée récemment par son auteur, le père de l’enfant qui patiente, espère, regarde…  elle hante mon interprétation. La fenêtre comme attente du départ, en temps de grève… sur la grève … voyage ? Loin des conjectures des adultes. L’enfant pense. Il y a un avion, les avions ça décolle ! Il avait raison. Un prophète ! 

100) Sadreddine Arezki, partagée le 15 août 2016 : « Le terme dispositif nomme ce en quoi et ce par quoi se réalise une pure activité de gouvernement sans le moindre fondement dans l’être. C’est pourquoi les dispositifs doivent toujours impliquer un processus de subjectivation. Ils doivent produire leur sujet» Giorgio Agamben, Qu’est-ce qu’un dispositif ? La fenêtre est un dispositif de gouvernement du visible, un instrument « cadre », mais aussi un instrument producteur, générateur de propositions, un instrument « grammaire ». Soit un dispositif générateur de visibilités. 

102) Lorenzo Amaduzzi, partagée le 18 août 2016 : « L’histoire que tu pourras à juste titre louer et admirer, sera celle qui se montrera agréable et ornée d’attraits qui lui permettront de retenir longtemps les yeux d’un spectateur savant ou ignorant par une espèce de plaisir et de mouvement de l’âme. » Leon Battista Alberti , De la peinture. La meilleure des histoires est celle que nous raconte la mer, chaque jour, allant et venant vers nous.

103) Paco Mora, partagée le 19 août 2016 : « Avant même que ne se pose la question de la perspective et du point de fuite comme inscription symbolique du sujet dans le plan de la représentation, le simple dessin d’un quadrilatère, le tracé du cadre est l’inscription élémentaire du sujet, d’un sujet qui pense, donc qui est, sur la surface de représentation. » Gérard Wajcman, Fenêtre, p. 116. Une fenêtre opaque, vide, laiteuse, sans vue, pour signifier la fenêtre elle-même, l’intérieur, le retrait, avec, tout de même, l’émergence d’un toit reflété par le verre… une fenêtre où le cadre donnerait à voir le champ… 

104) Reivilo Chi, partagée le 21 août 2016 : « Tout tableau est une négation du mur » Victor I Stoichita, L’instauration du tableau, p. 54.  Tout mur serait-il une négation du tableau ? 

105) Maxime Desmet, partagée le 22 août 2016 : « Comme je regrette d’avoir manqué l’exposition de peinture qui s’est tenue, je crois, il y a quelque temps à Londres et dont le thème était le sommeil. Peindre ce qui dort et ce qui, en nous alors s’éveille. » Jean-Bertrand Pontalis, Fenêtres, p. 31. Le regard et l’écoute ne sont jamais aussi purs que lorsqu’ils sont proches du sommeil, mais d’un sommeil partiel, du corps et de la raison… L’instant est fugace.

106) Michèle Collery, partage le 31 juillet 2016 : « Les barrières du refoulement se situent entre les représentations. Elles ont pour fonction d’empêcher les liens entre elles. La règle de la libre association vise à en établir d’autres, à multiplier les réseaux. Elle défait le souvenir, elle en crève l’écran. Elle métisse l’image dans le tapis. » Jean-Bertrand Pontalis, Fenêtres, p. 109. Il y a des balustrades, certes, mais le reflet n’empêche pas le paysage de sauter par-dessus et d’entrer dans la chambre. 

107) Euqinimod Uthagey, partagée le 23 août 2016 : « Un parergon vient contre, à côté et en plus de l’ergon, du travail fait, de l’oeuvre mais il ne tombe pas à côté, il touche et coopère, depuis un certain dehors, au-dedans de l’opération. Ni simplement dehors ni simplement dedans. Comme un accessoire qu’on est obligé d’accueillir au bord, à bord. » Jacques Derrida, La vérité en peinture. p.63. Le rideau est ici le parergon qui rend la fenêtre très intéressante. Il théâtralise le paysage, lui donne un voile de mystère, son pli garde la trace d’un désir de mieux voir et nous le transmet…

108) Abbas Fahdel, partagée le 23 août 2016 : « Avant l’écrivain, l’aède. Avant le roman, le conte. Avant l’écrit, la parole. Avant le langage, la poésie qui nous fait croire que le mot pourrait bien être la chose. » Jean-Bertrand Pontalis, Fenêtres, p. 112. La poésie et la photo oeuvrent de la même manière… ce que Baudelaire n’avait pas vu… mais le cadre, comme le vers pour la poésie, nous ramène à une forme qui trahit la chose, au sens de Magritte parlant de la trahison des images. Le vers qui cadre le verbe, comme le cadre qui cadre le tableau, nous disent que la chose est un signe, mais, c’est vrai! Un signe qui pourrait bien être la chose.

109) Nurith Aviv, 20 août 2016 : « Du point de vue phénoménologique, le modèle de la fenêtre albertienne est un modèle insuffisant, confortable : une fenêtre peut être à la fois fermée (physiquement) et ouverte (optiquement), en sorte que voir au-delà- l’enjeu même du regard, son désir à l’œuvre – ne met pas notre corps en mouvement : on peut se contenter de rester assis à sa fenêtre pour voir ce qui se passe au dehors. Une porte est bien plus dramatique : sans même aller jusqu’aux paradoxes chers à Kafka, elle nous oppose une clôture bien plus violente à quoi ne peut s’opposer que le caractère tranchant du geste qui l’ouvrira, afin que notre corps, mû par cette ouverture, en franchisse le seuil. Ce n’est pas un hasard si Georges Bataille éprouvait l’image en relation avec l’idée d’une porte qui vole en éclats. » Georges Didi-Huberman, L’image ouverte, p. 36.  Une fenêtre dans une porte, celle du chemin qui mène au cimetière juif caché, dans le quartier de Prenzlauer Berg à Berlin. On ne peut voir ce chemin qu’à travers le signe de l’étoile de David.

110) Saddredine Arezki, partagée le 25 août 2016 : « Un matin je m’étais levé maussade, triste, fatigue d’oisiveté, et poussé, me semblait-il, à faire quelque chose de grand, une action d’éclat ; et j’ouvris la fenêtre, hélas ! » Charles Baudelaire, « Le mauvais vitrier ». Que dire après ça ? ce serait gâcher le dernier mot de la phrase de Baudelaire… Je me souviens de la phrase de conclusion d’une psychanalyste lors d’une journée de réflexion sur la rencontre. « Il y a aussi de mauvaises rencontres. » Il y a aussi de mauvaises fenêtres.

111) Emmanuel Pix, partagée le 30 août 2016 : « Le génie de Baudelaire, qui trouve sa nourriture dans la mélancolie, est un génie allégorique. Pour la première fois chez Baudelaire, Paris devient objet de poésie lyrique. Cette poésie locale est à l’encontre de toute poésie de terroir. Le regard que le génie allégorique plonge dans la ville trahit bien plutôt le sentiment d’une profonde aliénation. » Walter Benjamin, Paris, capitale du XIX ème siècle, p. 54. Voir Paris comme un paysage de campagne, l’église romane, le lévrier dressé dans le reflet du champ, la trace sur le mur, qui lui fait écho, détails, formes, la fenêtre de l’obsession mimétique, la fenêtre de la dissemblance.

112) Sophie Filières, partagée le 31 août 2016 : « Et encore plus, la peinture elle-même, peut-être à cause de sa généalogie hasardeuse et amoureuse – en sera investie d’une capacité de teuxis (acte de la tychè), c’est-à-dire qu’elle saura susciter l’atteinte, la rencontre, elle saura éclabousser qui la croise ou la regarde : « Eloigne-toi promptement de la peinture si tu ne veux pas être mouillé par l’écume qui dégoutte de ses cheveux pressés… » Georges Didi-Huberman, L’image ouverte, p. 68. Dans une fenêtre, c’est l’ouverture, l’idée de la possibilité d’un contact qui prime. Contact sans contact, toucher sans corps, le regard est un geste visible et invisible à la fois. Le trou, pour le doigt de l’oeil, est l’essence même de la fenêtre.

113) Ksenija Skacan, partagée le 6 septembre 2016 : « Quand Jacques sur le divan s’est mis à sangloter, lui, cet homme si intelligent, volontiers  sarcastique, dupe de rien et surtout pas de lui-même, j’ai su qu’enfin nous avions atteint quoi ? mieux que le vrai : le lieu caché de la détresse. » Jean-Bertrand Pontalis, Fenêtres, p. 65. Une aube et un crépuscule… d’ailleurs crépuscule s’applique aussi bien au passage du matin qu’à celui du soir, toute fin est un commencement, toute perte un gain, toute détresse des retrouvailles, toute fenêtre un écran…

114) Nurith Aviv, partagée le 27 août 2016 : « Associée à la rêverie ou à la contemplation, la fenêtre devient ainsi le support d’une relation analogique permettant de faire entrer l’extérieur à l’intérieur, l’infini dans le fini. » Andrea Del Lungo, La fenêtre, p. 124. Superbe composition … les fenêtres sont aussi des lanternes magiques qui ouvrent et couvrent, nos murs.

115) Nurith Aviv, partagée le 18 septembre 2016 : « Eros, petit dieu diabolique, a trompé Narcisse, lui faisant croire qu’on pouvait s’aimer, soi, alors que l’amour est ce qui porte hors de soi. » D’où les fenêtres chez les artistes …

116) Ksenija Skacan, partagée le 24 septembre 2016 : La fenêtre est dans le mot, la parole qui accompagne la vue. Peut-être est-ce parce que le bord se fait discret que le mot vient cadrer la vue… mais c’est du son qu’il s’agit. Ce qui compte ici, ce n’est pas le vu, mais l’entendu dans le vu.

117) Shira Pinkas, partagée le 24 septembre 2016 : Nurith Aviv filmant le vent à travers la fenêtre de l’auteure. 

118) Jose-Luis Guerin, partagée le 12 novembre 2016 : « Voler le regard pour le donner aux hommes. C’est ce qui s’accomplit à la Renaissance. » Gérard Wajcman, Fenêtre, p. 366. Les tours des villes modernes nous offrent la possibilité de réaliser cette proposition. La vue comme festin olympien de l’oeil volé aux dieux. Rien de plus prométhéen qu’une fenêtre haute… 

119) Alain François, partagée le 19 décembre 2016 : « voir autre chose, mais voir. Le rêve rend visible l’invisible, fait voir de tout près le lointain, l’oublié. Les grandes « lois » du fonctionnement de l’inconscient ont été découvertes par l’analyse microscopique du rêve. Le rêve : ce télescope de nos nuits. » Jean-Bertrand Pontalis, Fenêtres, p. 150. Le rêve est une fenêtre sans bord, sans autre bord que le récit qu’on en fait, avec ses mots.

120) Reivilo Chi, partagée le 23 décembre 2016 : « La fenêtre aussi, aime projeter un peu de sa lumière dans l’air. » Anonyme

121) Nurith Aviv, partagée le 9 février 2017 : Même légende que pour la précédente … et cette anecdote facebookienne : Moi : »Superbe fenêtre » / Nurith Aviv : « Je travaille pour toi »

Bibliographie principale

  1. Les partageurs de fenêtres ont souvent un lien, direct ou indirect, avec la formulation, l’écriture ou le cadrage []

4 réflexions au sujet de « Des fenêtres et des mots : l’art du partage de regards sur Facebook… »

  1. Merci pour ce commentaire. Pour rendre cette collecte plus participante je vais probablement créer un groupe ou une page sur Facebook.

  2. Beau projet que l’image-fente comme point de vue sur le monde..j’aimerais y participer! je pense à une photographie prise dans une cuisine en Corse..lors d’un voyage immobile..
    Bien à vous..
    Isabelle Antoine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *