« Selfie » : une histoire de mot plus que d’image

autoportrait ou selfie pris dans l'ascenseur du Reichstag, février 2013

autoportrait ou selfie ? cela dépend de l’usage ! pris dans l’ascenseur du Reichstag, Berlin, février 2013

A la suite d’un précédent billet dans lequel je présentais le film de Jafar Panahi comme une forme de contestation artistique s’appuyant sur le paradigme du selfie, deux remarques intéressantes m’ont été faites sur le sens de ce terme.

Tout d’abord une lectrice de Médiapart (où le billet a été republié), au nom très aristocratique de Rillettes de canard, me demande : « Quelle est la différence entre un selfie et un autoportrait ? Le deuxième est ringard car il est présent dans le dictionnaire depuis plus de cinq ans ? ». Ensuite, de manière plus indirecte, André Gunthert, spécialiste de la question, m’interpelle sur Facebook en proposant la réflexion suivante après avoir exposé une série de « selfies » expérimentaux, très diffèrents les uns des autres :

« Différents types de selfie: 1) selfie au miroir, 2) selfie retourné, 3) caméra frontale iPad, 4) selfie aux pieds, 5) camera frontale iPhone 4: ni le même champ, ni le même contrôle du cadrage, ni les mêmes formes de réflexivité… »

Montage effectué par André Gunthert de différents types d'occurrences de "selfies"

Montage effectué par André Gunthert de différents types d’occurrences de « selfies »

Ces deux remarques de nature, de niveau d’érudition et d’intention différentes ont tout de même en commun de mettre en question le mot « selfie » ainsi que sa définition ou tout au moins les limites exactes de ce qu’il recouvre.

Dans le premier cas, il s’agit de rappeler, comme c’est souvent le cas dans les critiques du selfie, que le fait de se prendre en photo est ancien, et que l’est plus encore, le fait de se représenter soi-même… Dans une ligne de pensée conservatrice et philologique proche de celle du subtil Jean-Paul Brighelli, cette lectrice ajoute un sarcasme générationnel (ou qui se croit tel) à sa remarque pour insister sur le fait que ce terme lui-même est un phénomène de mode …

Dans le second cas, ce sont bien sûr les limites de ce que peut recouvrir le mot « selfie » qui sont concrètement mises en question. André Gunthert qui a écrit des articles intéressants sur l’histoire du phénomène (iciici et ici) réfute l’idée d’une ontologie du selfie et montre à travers cet exemple l’impossibilité de ramener à une forme esthétique ce que recouvre imparfaitement et sans limite ce terme qui nomme progressivement toutes les formes de réflexivité photographique. D’ailleurs la première occurence constitue un autoportrait assez classique rappelant ceux de Vivian Maïer, la seconde ressemble à s’y méprendre à une photo involontaire, la troisième est un portrait posé ayant servi de photo de profil, s’il est autogénéré cela ne se voit pas, la quatrième est à la limite de l’autoreprésentation, en tout cas peut-on parler d’un portrait ? Et la dernière est difficile à comprendre hors contexte, elle semble très adressée.

Pour être quitte, j’ai placé en épigraphe un selfie personnel pris dans l’ascenseur du Reichstag, à Berlin, il y a quelques années. Il m’apparaît aujourd’hui qu’il est difficile de statuer sur la nature de cette image. Selfie ? Autoportrait ? Comme c’est le cas pour de très nombreuses images, et contrairement aux mots qui ont une nature grammaticale fixe,1 cette image est sans nature, elle dépend bien plus de la place qu’on lui accorde dans un usage syntaxique particulier. Envoyée à un groupe d’amis quelques heures après avoir été prise, elle correspondait à la dimension relationnelle attachée au selfie. Sa composition signifiante et légèrement intentionnelle ne venant pas forcément anéantir cet aspect énonciatif quasi-spontané et sa fonction de message. Elle disait essentiellement « j’y ai été ». En revanche, reprise plus tard ailleurs, et y compris dans ce billet, exposée publiquement, elle se rapproche désormais de l’autoportrait. Mais l’image n’a pas changé d’un iota, et sa forme esthétique n’a pas été déterminante. « Selfie » est donc un mot dont on qualifie une image et par lequel on la destine ou on lui reconnaît un certain usage.

En effet, si l’on cherche à définir le terme à partir de sa correspondance éventuelle avec une forme esthétique, c’est-à-dire un résultat, une chose, un type d’objet, fût-il doté de nombreuses variantes, on arrive vite dans une impasse. Le selfie n’existe pas.

L’hypothèse formulée ici est que le selfie n’est pas une chose correspondant à un mot sorti du néant du net pour la substantiver, mais un mot correspondant non pas à une chose, mais à une opération de communication, qui se rapprocherait par exemple de l’emploi du mot « cher …  » en français, c’est-à-dire un geste à visée hypocoristique.

Pour bien comprendre de quoi « selfie » est le nom, il faut tout d’abord remarquer que ce que les journalistes appellent le phénomène du « selfie » est essentiellement un phénomène lexical. Si l’usage du mot lui-même apparaît semble-t-il en septembre 2002 sur le forum australien en ligne ABC on line, utilisé par un jeune homme « drunk » pour évoquer un auto-portrait (« self-portrait »), c’est surtout lorsqu’il a été désigné « International word of the Year » en 2013, par le fameux dictionnaire Oxford, que selfie est largement sorti du périmètre de la langue anglaise pour se répandre dans les usages communs universels, c’est-à-dire occidentaux. L’histoire du selfie est donc d’abord l’histoire d’un mot, qui est passé des « bas-fonds » de l’argot australien au rang d’emblème international de la vie connectée et de quelque chose d’autre, qui reste à formuler clairement et qui serait de l’ordre de l’art de se représenter, au mieux, ou des écueils du narcissisme contemporain, au pire. On peut d’ailleurs considérer que cette désignation de « mot de l’année » par le dictionnaire Oxford a quelque chose d’ironique, et que sa médiatisation excessive par une presse légèrement narquoise, soit aussi une manière de condamner indirectement le narcissisme supposé de notre époque. Ce mot-emblème, tiré de l’argot australien, qui n’est sûrement pas le langage favori des éditeurs du dictionnaire Oxford, ni des nombreux journalistes qui ont repris l’information, apparaît comme un de ces termes infamants qui ont pour destin de devenir des symboles de ralliement, comme ce fut le cas du mot « impressionnisme » invention sarcastique du critique Louis Leroy, qui voulait tourner en dérision le fameux tableau de Monet, ou même celui de la croix des Chrétiens, dont la première occurrence remonte à un graffito moqueur où le Christ a une tête d’âne. Ces formules étaient censées blesser ceux qu’elles désignaient avant que ces derniers ne s’en revendiquent fièrement. Ainsi, la promotion de ce mot utilisé surtout dans le monde anglo-saxon pour son rapport avec « self-portrait » avant l’annonce du Dictionnaire Oxford, devait peut-être souligner la dimension « selfish » et narcissique de la culture numérique, or il en est devenu l’emblème. On a fait moins de bruit autour du verbe vapoter (« to vape ») élu mot de l’année 2014.

Une image hypocoristique ?

Judy Pearsall, directrice éditoriale du dictionnaire Oxford précisait en 2013 que l’emploi du suffixe « -ie » « est intéressant parce qu’il permet de transformer une activité essentiellement narcissique en quelque chose de plus attachant »2.

On voit ici à travers ce jugement, en sachant que dans l’univers anglo-saxon le terme de narcissisme a une connotation plus « pathologique » qu’en français où il a gardé sa valeur  freudienne originelle – neutre – , que l’équipe du dictionnaire Oxford et certainement les journalistes, ont plus joué les lanceurs d’alerte que les lexicographes en signalant au monde connecté son narcissisme débordant… La battage médiatique fait autour de cette annonce et les émois qu’elle a suscités en disent long sur la manière dont les sociétés occidentales évacuent la question de leur égoïsme fondamental en le projetant sur des objets nouveaux … Le traitement médiatique des naufrages en Méditerranée est sûrement plus « selfish » que les inoffensifs selfies qui circulent à toute allure sur les réseaux sociaux, et parfois, sur Snapchat, disparaissent comme le son d’une phrase qu’on vient de prononcer.

Mais ce qui est le plus intéressant dans la déclaration de la directrice éditoriale, c’est sa remarque sur l’effet hypocoristique du suffixe « -ie ». Il est essentiel dans le nom selfie. S’il y a une nouveauté autour du selfie, elle réside dans le rapport affectif qu’il indique.

Constatons d’abord que c’est à partir du « ie » de selfie que ce sont greffés des termes qui n’ont pas tous vraiment pris dans les usages courants, mais qui nous indiquent tout de même, notamment parce la note de wikipedia les mentionne, que le suffixe lui-même est ici central. Les dérivations faites à partir du terme « selfie » se sont appuyées non pas sur la racine « self-« , c’est-à-dire « soi » mais sur le suffixe lui-même, donnant au monde entier les « ussie » pour les photos de groupe, ou encore « groupie », ou encore le « youie » (photo d’un autre), le « sexfie » (pas besoin d’explication), le « nelfie » ou « drelfie » (photo prise en état d’ivresse), le « shelfie » (photo d’objet…) etc… Ce qui reste est à chaque fois le suffixe et son effet « attachant » comme le signale Judy Pearsall. Ce qui reste c’est la dimension hypocoristique. Si l’on peut dire que le selfie est avant tout une histoire de mot, on peut dire aussi qu’elle est l’histoire d’un mot de contact, d’un mot caressant, voire plus exactement de la partie du mot qui est susceptible de caresser l’autre, de lui plaire, de faire acte de geste doux et de don, de partage. Dans le langage verbal, cette démarche suppose une mise en jeu de soi, de son affectivité, de son corps. Si je dis « ma chérie » à quelqu’un, je me montre, je dévoile quelque chose de moi, je me mets en jeu. De la même manière, le selfie, image désinhibée de la mise en jeu de soi, est à comprendre dans le cadre de la relation implicite à celui ou ceux, aussi nombreux soient-ils, à qui je me montre. Plus je suis devant un public large et vise à me valoriser, plus je suis du côté du « self-portrait ». A l’inverse, plus je vise un groupe ou une personne, plus je me veux caressant, drôle, tendre, plus j’adresse l’image, et plus je suis du côté du selfie.

Selon la légende urbaine de sa propre génération vernaculaire, « Selfie » est donc le nom qu’un jeune homme ivre et donc désinhibé, d’un pays très récent et très moderne, sans grandes racines culturelles, a donné pour rendre le mot « self-portrait », classique et distant, plus proche, plus simple, plus caressant. De la même manière, le monstre du Loch Ness est appelé Nessie, ou les Edward Eddie et les Charles Charlie, par ceux qui les aiment. C’est sûrement dans ce geste de diminution, de familiarité, de proximité énonciative et de dérision, qu’il faut chercher, éventuellement, une unité aux nombreuses et interminables listes de types de selfies.

Ainsi, le suffixe « -ie », qui est un signe de familiarité et d’affection, connote la modestie et  la proximité qui caractérise ce type de « self-portraits ». Alors que l’autorportrait, essentiellement réservé aux artistes, ou aux sujets « autorisés » par la morale commune à se représenter soi-même, vise plutôt une REprésentation socialement valorisante de soi et investit fortement l’image elle-même, c’est-à-dire le résultat du processus imageant, le selfie vise plus simplement à stimuler, soi-même ou un autre, à informer, à caresser, à exciter, à réagir, ou tout simplement à apparaître. Pour faire une image simple et ramener l’autoreprésentation selfique sur le terrain de la communication verbale qui est à mon avis son terrain naturel, je dirais que le selfie est un « je » ou un « nous », c’est-à-dire une mise en jeu de l’énonciateur comme origine de l’image, alors que l’autoportrait est un « moi », c’est-à-dire une mise en jeu de l’énonciateur comme destination de l’image. Même s’il y a un peu des deux dimensions à chaque fois, évidemment, « objet » et « sujet » se recouvrant largement dans ces formes de représentation de soi.

Finalement, en tant que geste de communication plutôt qu’oeuvre ou production, le selfie prête moins au narcissisme que l’autoportrait. C’est une forme pragmatique (et forcément symbolique au sens étroit où l’entend Panofsky – porteuse d’une weltanschauung -)  qui permet de comprendre au moins un aspect important de la révolution numérique : l’apparition de nombreux sujets qui n’avaient pas voix au chapitre et se sont octroyé par des moyens technologiques simples et photographiques, liés à l’idéal émancipateur de la pratique photographique (c’est un aspect  à développer), le droit de se montrer à quelqu’un ou à plusieurs personnes, et surtout de lui (leur) montrer qu’ils se montrent.

C’est là que le bât blesse, c’est là que le selfie dérange les hiérarchies établies de la visibilité. L’apprentissage progressif et l’affichage, plus ou moins partagé, plus ou moins public, de son propre droit à la visibilité, fondement de la prise de parole et seuil de toute forme de pouvoir social constitue en soi une menace. Surtout parce qu’elle est comprise comme un autoportrait (un « moi ») alors qu’elle est très souvent un simple embrayeur de conversation… (un « je »). Sinon pourquoi vilipender un type d’images qui n’a rien de bien méchant ? Ni de bien nouveau ? Toute l’outrecuidance du selfie tient dans cette insupportable prétention, aux yeux de ceux qui sont déjà vus, déjà visibles, qu’ont les invisibles à se montrer eux-mêmes, sans la vergogne qui sied à leur condition. Et même à  les réduire parfois à l’état d’objets décoratifs… comme le suggère la récente réaction du Prince Harry d’Angleterre.

Pourtant, selfie n’est que le nom qui exprime la dimension hypocoristique de l’image connectée…

 ps : merci à André Gunthert pour son aimable autorisation d’utiliser son montage selfique.

  1. même s’il y a des homonymes et même si c’est parfois l’usage syntaxique qui nous aide à saisir la nature grammaticale, chaque mot appartient à une catégorie. Par exemple « voir » est un verbe, si je l’emploie de manière à le substantiver « le voir » il devient un nom, mais c’est alors un mot différent. []
  2. « The use of the diminutive -ie suffix is notable as it helps to turn an essentially narcissistic enterprise into something rather more endearing, » []

Une réflexion au sujet de « « Selfie » : une histoire de mot plus que d’image »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *