Le gif « Confused Travolta » : esthétique et heuristique de la répétition

A partir d’une réflexion initiale sur les différents types de boucles repérées dans les gifs animés et d’une enquête sur un cas de gif animé devenu un mème (le premier), «Confused Travolta », proposant ainsi un double degré de répétition (Gif et mème), voire une mise en abîme de la répétition, je propose ici de réfléchir à l’importance de la répétition comme forme esthétique et heuristique à l’origine d’un vrai parcours créatif collectif. A ce titre le gif comme le mème, sont des formes artistiques propres à l’ère numérique et son potentiel collectif. Oeuvres sans auteur, sans l’argent, sans idéologie, faites pour être goûtées dans la pure joie de l’instant, elles incarnent parfaitement la notion de « l’art pour l’art ».

Double répétition, double joie. La boucle du mème manifeste la réception de la boucle du gif et, ce faisant, elle en dévoile ou en produit progressivement le sens dans une perlaboration collective. C’est plus particulièrement son travail d’affinage, au sens de maturation et de précision que je chercherai à saisir à travers le cas de « Confused Travolta » pour arriver à une interprétation de l’oeuvre.

NB : pour des raisons techniques qui appartiennent au site Giphy où l’on peut trouver bien d’autres « Confused Travolta » certains gif, ne fonctionnant pas au format .gif ont été insérés au format .mp4. Les vidéos ne se lancent pas toujours automatiquement mais elles défilent en boucle et deviennent donc des gifs… si l’on entend ce terme comme signifiant essentiellement « image bouclée » … (bien que « bouclée » ne rende pas compte de son potentiel émancipateur…)

 1 – Le Gif et la boucle, boucle itérative et boucle éternitaire 

L’observation d’un corpus conséquent de gifs animés m’a amené à distinguer – comme l’ont fait d’autres chercheurs intéressés par les gifs – deux grands types de boucles que j’ai nommées respectivement boucle itérative et boucle éternitaire (empruntant ce qualificatif à Gilles Deleuze)

1) boucle itérative – ça recommence !

Dans le cas de la boucle itérative (qu’on aurait pu tout aussi appeler boucle sysiphéene), (voir figure 1) la répétition est cyclique. La boucle est alors visible et le point de départ du cycle apparaît clairement (A) pour revenir sans défaillir juste après que le point terminal est atteint (B). La boucle est dite « itérative » parce qu’elle répète ostensiblement le cycle sur le modèle de la sanction infligée à Sysyphe.

A –> B –> A –> B –> … (Figure1)  

 Le montage, la suture est visible, la répétition devenue elle aussi visible devient consciente. Ce type de boucle produit un effet d’affinage de la forme répétée, au fil des itérations, et se situe sur le terrain de la connaissance. C’est le coeur de la dimension heuristique du gif animé, souvent utilisé dans le domaine de l’analyse critique de certaines séquences cinématographiques, comme le souligne le critique Camille Brunel, mais aussi et peut-être plus encore dans la recherche esthétique sur les jeux vidéos, comme le soulignait Charlotte Courtois qui mène une recherche sur l’image des jeux vidéos en Master 2 à Paris 3. Le gif est alors un outil heuristique favorisant la connaissance des images et permettant d’isoler des unités très fines d’images animées.

2) boucle éternitaire  – ça ne finit jamais !   

Dans le cas de la boucle éternitaire la répétition est continue (voir figures 2 et 3). La boucle elle-même est invisible, elle est « sue » plus que « vue », la suture n’apparaît pas, et la répétition s’anéantit manifestement dans une continuité sans unités discrètes. Cette continuité peut se déployer dans deux dimensions différentes, le temps (Figure 2) où, comme le cadran d’une montre, cette continuité est circulaire et l’espace où cette continuité est linéaire (Figure 3 et 4).

A –> A –> A –> A

  • continuité circulaire (infini temporel) (Figure 2)

  • continuité linéaire (infini spatial) (Figure 3)

  • (3 : avec retour d’un élément) (Figure 4)

  • (4 : sans retour d’un élément) (Figure 5)

Dans le cas de la boucle éternitaire, le montage est invisible, toute sa réussite en tant que boucle repose notamment sur l’effacement de la suture ; la répétition est inconsciente au début, puis elle émerge de l’expérience de la continuité même. L’effet recherché est alors celui de l’illusion d’une rencontre avec un infini, spatial ou temporel et se situe dans le domaine du plaisir esthétique.

Conscience de la répétition / répétition de la conscience

 Dans le cas de la boucle itérative, la répétition est vue très rapidement, manifestée par la suture, dans celui de la boucle éternitaire, la répétition est sue, manifestée par la continuité elle-même ou par le retour d’un élément sans que le cycle lui-même ne soit identifiable. La suture est alors invisible. (Ceci est une répétition mais l’avantage de travailler sur le gif est de ne plus avoir peur de se répéter…)

On a donc une répétition avec bord, point initial, une répétition matérielle donc, et une répétition sans bord, niée, diluée dans une durée linéaire (espace continu) ou cyclique (temps continu), une répétition virtuelle. Au passage, ce type de boucle invente le film infini, assertion que personne ne pourra vraiment vérifier.

Nous avons donc une répétition de la représentation (de la courte séquence elle-même) – cas de la boucle itérative – et une répétition de l’objet représenté – cas de la boucle éternitaire – (ce qui revient dans le cas de la continuité temporelle, ce qui dure dans la continuité spatiale) qui induit, sans qu’on la repère, une répétition de la représentation elle-même. On sait qu’elle est là, quelque part, sans pouvoir la voir vraiment. Répétition cachée, comme un symptôme à diagnostiquer…

La conscience du spectateur du gif animé passe ainsi de l’objet représenté à la représentation elle-même par le fait même de la prise de conscience de la répétition (visible ou cachée) qui apparaît alors comme la matière même de l’image. La répétition agit comme un cadre, un agent du métadiscours, qui rappelle que la présence de l’objet est illusoire, que la vue est un signe. Le gif est toujours une image au carré, répétition animée d’une répétition iconique… Il représente la répétition, visible ou cachée, mais il ne la figure pas directement, ou pas souvent, il nous la fait éprouver. Il produit un sens-effet (d’après la terminologie de Jérôme Baschet, dans L’iconographie médiévale), proche de celui des images médiévales des chapiteaux historiés par exemple, qui prennent leur sens de l’effet qu’elles produisent ou recherchent. Il nous fait sentir la palpitation présente dans toute image, l’aller-retour entre le FORT et le DA, comme dans le jeu de la bobine auquel joue Ernest, le petit fils de Freud qui cherche ainsi à apprivoiser l’absence de sa mère (Freud, « Au-delà du principe de plaisir » (1920)). Il nous approche du  « pas ici » / « ici » (Fort/Da) qui constitue toute image. Il nous apprend à éprouver le retour de la coupure (séparation) qui est aussi une suture (réparation). Le gif ne consiste-t-il pas en un jeu avec un début et une fin, à cacher ou à mettre en relief ?

Le gif manifeste donc, par sa boucle, la répétition comme substance même de l’image. Toute image est une répétition de l’objet représenté… Mais la répétition, dans le gif, nous éloigne de la première occurrence et d’une certaine manière rend l’image de plus en plus  « iconique », voire même signalétique au bout d’un moment … Comme pour un bon fromage, la répétition du gif, considérée comme un affinage de la forme, finit par la faire passer de crémeuse à dure, sèche, épurée. Mais en même temps, à chaque boucle, on se libère, on revit la même chose mais « à nouveau » et on s’émancipe des premiers attachements. On peut ainsi considérer chaque occurrence comme la représentation de l’occurrence précédente, constituant ainsi une épaisseur qui nous éloigne de l’origine, de la première impression.

Le gif est donc un type d’image qui nous offre, en elle-même, la matière de sa reproductibilité technique. Ce n’est pas simplement une image reproductible, c’est la reproductibilité en image et elle nous fait éprouver la reproductibilité comme une forme esthétique et heuristique.

Or cette substance – la répétition – est aussi celle de la subjectivité, ou plutôt celle dans laquelle la subjectivité prend naissance. Le sujet est ce qui revient en soi, ce qui se répète en soi. Je suis ce qui se répète dans le changement permanent de mon être. Le Gif nous rappelle ainsi, visuellement, l’image de « la branloire pérenne » qu’évoque Montaigne. (« Du repentir », Essais III, 2). Ce qui se répète, ce qui est pérenne, dans la branloire, s’affirme un peu plus à chaque itération, se détache progressivement du fond mouvant, et c’est cette répétition qui permet une prise de conscience.

Dans la vie psychique du sujet, repérer la répétition, c’est s’émanciper de ce qui aveugle et fascine dans l’événement lui-même, tout comme dans le symptôme, considéré dans ses occurrences singulières, dans ses manifestations « à nouveau » qui cachent la même chose. En cela, le gif animé constitue un petit jeu esthétique et heuristique très intéressant pour penser l’image et particulièrement notre adhésion à l’image, et instaurer un appareil éthique qui permet de «prendre de la distance » grâce à la répétition.

La thèse de Hume rapportée par Deleuze dans Différence et répétition est ici très intéressante : « La répétition ne change rien dans l’objet qui se répète, mais elle change quelque chose dans l’esprit qui la contemple… »

Et Deleuze de poursuivre plus loin : « Lorsque A paraît, je m’attends maintenant à l’apparition de B. Est-ce là le pour-soi de la répétition, comme une subjectivité originaire qui doit entrer nécessairement dans sa constitution ? Le paradoxe de la répétition n’est-il pas qu’on ne puisse parler de répétition que par la différence ou le changement qu’elle introduit dans l’esprit qui la contemple ? Par une différence que l’esprit soutire à la répétition ? » p. 96

Le propre de la répétition serait donc de nous changer, ce serait son rôle poïétique ; la litanie, le psaume, le poème appris par cœur nous éloigneraient progressivement, tour après tour, de l’origine pour nous inviter à en faire quelque chose.

On ne regarde jamais deux fois la même boucle / On n’est jamais deux fois le même devant ce qui semble être la même boucle.

La répétition est alors à voir non pas sous forme de cycle mais plutôt sous forme de spirale, chaque tour étant différent du précédent parce que chaque itération se place sur les sédiments de conscience laissés par les précédentes. Le regard s’affûte en même temps que le motif s’affine. Comme dans une spirale qui s’élève, le gif décolle le motif du fond, il le découpe, le cadre, le constitue en objet pour la conscience. Même si comme nous le verrons plus loin, avec le fameux gif sur Travolta, cet objet peut être confus…

Le plaisir du gif animé, plaisir de bercement très archaïque, comme nous l’indique peut-être sa prédilection initiale pour « La mécanique des vagues », réside dans le jeu de la fascination et de sa disparition progressive, dans le fait que le gif, peut-être vu comme un ventilateur d’attention, comme un drapeau qui flotte sur l’écran sans qu’on le repère vraiment mais aussi comme une image mobile à inspecter, comme une image dont la réitération nous dévoile des éléments, des sens, des forces.

Le gif est ainsi un outil heuristique pour saisir l’imperceptible dans l’image, et c’est ce qui prévaut souvent dans l’isolement d’un affect, d’un geste, d’un coup d’œil, d’un plissement de lèvre, souvent prélevé sur un film, dont on met ainsi en exergue un micro-signe, dans le cas des reaction picture.

(Figure 6)

(Figure 7)

(Figure à oublier)

Et c’est encore plus particulièrement accentué quand la répétition est portée à un niveau réflexif, à travers sa combinaison avec le mème, qui, d’une certaine manière, répète la répétition (lorsque l’image est un gif). Avec ce type de mème qui consiste à décoller une silhouette du fond pour l’insérer dans un contexte nouveau. Comme ce fut le cas avec Sarkozy et sa présence sur tous les sites historiques, ou encore la marmotte adepte du photo bombing. C’est ce que nous allons aborder  avec le cas d’un gif célèbre, appuyé sur une reaction picture et devenu un mème célèbre, le fameux « Confused Travolta » .

2 – Histoire d’un affect incertain et polysémique, affiné par le gif : « confused Travolta » 

L’histoire du lancement de « Confused Travolta » a été reconstituée par le site Know your meme.

Première occurrence : Le 17 novembre 2012, l’utilisateur d’Imgur “karmafrappuccino” met en ligne un gif du personnage Vincent Vega tiré de Pulp Fiction et regardant autour d’une pièce pendant que le personnage Mia Wallace lui donne des indications par interphone. Il s’agit alors d’une simple réaction picture en gif, un reac gif.

(Figure 8)

 Premier détournement / premier mème : Le 6 Novembre 2015, l’utilisateur d’Imgur “ILikeToWonkaMyWilly” charge sur le site un gif de John Travolta confus dans un rayon de jouet d’un supermarché. Accompagné de la légende : «Ma réaction quand je demande à ma fille ce qu’elle veut pour Noël et qu’elle me répond : une poupée » Dans les dix jours, le post est vu plus de 2,8 millions de fois, gagne plus de 12.600 points et reçoit 370 commentaires. Un casse au rayon des jeux !

(Figure 9)

Le lendemain, “ILikeToWonkaMyWilly” poste un tutoriel pour faire un gif qu’il intitule “Confused Travolta” en utilisant le logiciel Sony Vegas Pro et fournit par la même occasion un gif de Travolta devant un fond vert.

(Figure 10)

A partir de là le gif intitulé « Confused Travolta » devient un mème très abondant durant une année environ. L’essentiel du relevé que j’ai pu faire (en en laissant un grand nombre de côté) a eu lieu au printemps 2016 et au début de l’automne 2016. J’ai pu constater qu’il a pratiquement été abandonné après l’élection de Donald Trump. Ne pouvant retracer une chronologie des mèmes, par manque de données et parce que certains sont des vidéos mp4 tournant en boucle et d’autres des fichiers « gif » à proprement parler, j’ai opté ici pour un classement thématique des gifs en reconstituant artificiellement une forme de « chrono- logique » puisqu’ils ont été placés dans une sorte de degré d’éloignement logique vis à vis des premières occurrences. Dans un second temps, une brève sélection de gifs reliant Travolta et ce qu’il incarne dans Pulp Fiction (en tant que personnage et en tant qu’ancien sex symbol) avec l’élection de Trump me permettra de proposer une piste d’interprétation d’une des voies de signification de la réception.

Ce qui est intéressant dans la forme hybride du mème associé à la reaction picture en gif, c’est qu’elle permet de manifester la réception du gif. Le mème est une forme de réception créative collective qui donne à voir les éléments d’un art à la fois collectif et subjectif.

  • Jeux sur la personnalité de Travolta, sur le geste et le contexte (c’est le geste qui est répété et détourné par une situation donnée et comique)

(Figures 11 à 23)

(11 – sur la personnalité de Travolta)

(12 – Sur le geste)

(13)

(14)

(15)

(16 – Sur le contexte) (Lancer la vidéo si nécessaire)

(17)

(18)

(19)

(20)

(21)

(22)

(23)

  • Intégration cinématographique (c’est l’idée de surprendre par son apparition inattendue qui est répétée) (Figures 24 à 32) (Lancer la vidéo si nécessaire)

(24 – Double mème)

(25)

(26)

(27)

(28)

(29)

(30)

(31)

(32)

  • Transferts matériels (c’est le gif qui est répété) (Figures 32 à 36)

(32)

(33)

(34)

(35)

(36)

  • Formes allusives (Le gif est reconnu en tant que mème et on joue avec sa réputation, on se moque de son pouvoir) (Figures 37 à 39)

(37)

(38)

(39)

  • Mises en abyme (c’est le gif qui est répété) (Figures 40 à 44)

(40)

(41)

(42)

(43)

(44)

  • Enough is enough ! 

(45)

Au terme de ce parcours sélectif, une structure formelle (on pourrait dire une pathosformel ?) s’est dégagée des multiples réceptions-répétitions de la « reac-pic-gif-mème » qui se sont opérées sur différents registres à travers le mème. Il s’agit pour les artistes vernaculaires qui font collectivement cette oeuvre unique et multiple, bien identifiable et peu définissable (peut-on être plus libre ?) qu’est devenu « Confused Travolta » de jouer avec le geste lui-même pour le détourner de son sens apparent et affiner sa forme concrète (jette-t-il des graines à des pigeons ? indique-t-il que le bus est passé trop vite, se prend-il pour un pompier passant des seaux à son voisin ?), de jouer sur le contexte pour affiner la réception de son affect (que fais-je ici ?) de le mettre dans des films pour jouer sur la surprise de son occurrence (guest star il devient une célebrité et exprime le « je suis partout » propre à l’esprit railleur du mème, déjà présent avec Sarkozy et l’Histoire du monde et la marmotte adepte du photo bombing). Cette célébrité amène à des réinvestissements dans d’autres matières, des amateurs de cosplays qui jouent et affinent encore leur réception du geste en l’imitant, des graphistes le redessinent et l’épurent en quelques images, des plasticiens l’animent en Lego… S’affine alors, se durcit même, un geste de la main ouverte, comme pour saisir une réponse qui ne vient pas, une interrogation sans objet clair traduite dans le titre initial que l’auteur du premier mème a donné à l’expression verbo-iconique de son propre désarroi de jeune père en quête d’une poupée pour sa fille de trois ans, et l’on pourrait ajouter, l’identité ridicule, propice à la satire du Web, de Travolta-Vincent Vega, gros gangster de troisième zone, empâté et sur le retour, incarné par un acteur déclassé et sur le retour, qui a été jadis un sex symbol, et auquel Quentin Tarantino et Harvey Weinstein (cette précision est importante !) donnent un second souffle. Le mème à partir du gif, expérience novatrice qui donne toute son importance à cette oeuvre d’Art éminemment complexe et riche qu’est « Confused Travolta » a donc permis un double affinage de l’image, par la boucle itérative du gif, le geste se précise d’itération en itération, l’affect se détache de son sujet, de tout contexte, et comme l’exprime très bien le fond vert proposé dès le début dans le tutoriel partagé par l’auteur du premier mème, il fait signe à tous les désarrois qui ont à s’exprimer…

C’est ici qu’intervient ma proposition d’interprétation. Puisque toute oeuvre d’Art, en dehors ou en sus du plaisir esthétique qu’elle procure, doit aussi donner un sens ou éclairer une part du monde vécu par ses spectateurs. J’ai remarqué que « Confused Travolta » s’est épuisé à partir de novembre 2016, mois marqué dans le monde et sur internet par le choc planétaire de l’élection de Donald Trump. Y a-t-il un rapport entre les deux phénomènes ? Voici quelques éléments pour répondre à cette question avant une brève conclusion :

  • Trump et Travolta ont été associés dans un gif qui date de la campagne pour les primaires.

  • Ils ont aussi été « fusionnés »

Dans cette photographie aussi où Vincent Vega remplace Trump …

Travolta a prononcé un discours avec Donald Trump le 4 mai 2017 lors de la commémoration de la bataille navale de la mer de Corail.

Sans être un soutien officiel de Trump, il n’incarne pas les valeurs qui s’en éloignent le plus et est un des rares artistes hollywoodiens à ne pas l’éviter.

Si l’on reprend la scène initiale de Pulp Fiction d’où a été prélevé cette très brève séquence mise en gif, on constate qu’elle met en scène un gangster, qui vient de tuer des hommes pour le compte de son patron, qui vient aussi de traverser la ville après s’être injecté de l’héroïne dans les veines, arrivant chez la femme de son patron, Mia Wallace jouée par Uma Thurman, pour l’accompagner où elle voudra durant toute la soirée. Dans le salon de sa maison, il ne la voit pas mais l’entend car elle lui parle à travers un micro et semble le voir puisque « elle le guide. Drogué, réduit au silence car elle ne l’entend pas, il cherche l’interphone pour pouvoir lui répondre et se retrouve littéralement piloté par la voix de cette femme fatale hollywoodienne. Le désarroi de Vincent Vega – John Travolta est donc celui d’un homme qui n’a plus aucun pouvoir, pas même celui de parler et qui cherche à reprendre pied, dans le champ d’une voix féminine dont il est la marionnette ou la poupée …

C’est d’ailleurs ce thème là qui a été repris par “ILikeToWonkaMyWilly” lorsqu’il a voulu exprimer, avec une bonne dose d’autodérision, le désarroi de jeune papa parti en quête d’une poupée pour sa petite fille. Le contraste entre le gangster Vincent Vega et l’univers tout rose d’un rayon de poupées où il arrive piloté par sa petite fille accentue encore le contraste et l’effet comique de la scène initiale, manifestement bien connue de lui. Et c’est d’ailleurs cet aspect poupée entre les mains dune petite voix féminine qu’on retrouve dans cette réinterprétation du mème initial dont il est difficile de dire si elle est moqueuse vis-à-vis de “ILikeToWonkaMyWilly”ou pleine d’empathie à son endroit. La légende de cette reac. pic. disant : « Ma réaction quand je suis une poupée et que ma fille me demande une poupée pour Noël »

Le « quand je suis une poupée » est très ambiguë et peut tout à fait éclairer le lien qu’il y  aurait entre l’élection de Trump, dans laquelle de nombreux commentateurs ont vu une réaction du mâle blanc déclassé venu se venger dans la réalité et la dérision de ce même électeur type par cette série joyeuse née des entrailles anonymes du Web. Ainsi, dans de nombreux articles de novembre 2016, le portrait-robot de l’électeur de Trump n’est pas éloigné de ce que véhicule la figure de Vincent Vega-Travolta sur le retour dans ce film de Tarantino produit par Harvey Weinstein. (« homme blanc religieux, âgé de plus de 45 ans, vivant dans une petite ou moyenne ville, sans diplôme, gagnant plus de 50.000 dollars par an. »)

« Confused Travolta », moquerie rigolarde qui s’est développée au fur et mesure que Trump prenait du poids dans la primaire, puis dans la course finale menée à deux, s’est volatilisé (à quelques rares exceptions près) après la victoire de Trump le 9 novembre. L’autoportrait drôlatique du papa égaré en beauf paumé n’avait plus lieu d’être, il n’y avait plus de place pour la dérision de cette Amérique là. La confusion avait changé de camp.

Des supporteurs de Donald Trump au QG du parti républicain dans le Colorado,mercredi 9 novembre (Jack Dempsey/AP/SIPA)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *